Ethnopsychiatrie : actualité, spécificité, définitions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ethnopsychiatrie : actualité, spécificité, définitions

Message  nadineBXL le Lun 5 Jan - 22:04:11



L’ART-THERAPIE
L'art-thérapie est une forme de psychothérapie qui utilise la création artistique (dessin, peinture, collage,sculpture, etc.) pour prendre contact avec son intériorité, l'exprimer et se transformer. Sans se préoccuper de la qualité ou de l'apparence de l'oeuvre finale, la démarche thérapeutique consiste à laisser progressivement surgir ses images intérieures, qui peuvent être autant le reflet d'expériences du passé que de rêves auxquels on aspire. Le geste créateur fait appel au corps qui se met en mouvement pour créer une oeuvre concrète; dans le même élan, il sollicite l'imagination, l'intuition, la pensée et les émotions. Les images ou les formes ainsi créées, en plus de dévoiler certains aspects de soi, peuvent générer une vision et des comportements nouveaux qui contribueront à des guérisons physiques, émotives ou spirituelles.
Certaines écoles de pensée considèrent que l’art-thérapie peut dépasser le cadre de la psychothérapie et avoir des visées humanitaires et thérapeutiques plus larges. Elle permettrait de venir en aide aux personnes malades, handicapées ou aux prises avec de la douleur chronique ou des problèmes moteurs, par exemple. (Voir École d'Art thérapie de Tours dans les Sites d’intérêt.)
L'application de l'art à des fins thérapeutiques n'est pas un concept nouveau. La Grèce antique, tout comme la plupart des cultures traditionnelles, considérait que les arts avaient un effet cathartique et thérapeutique. Au début du XXe siècle, le psychiatre suisse Carl G. Jung (1875-1961) avait déjà lui-même expérimenté les bienfaits de l’expression par le dessin; il a ensuite intégré cette approche dans sa pratique. Toutefois, l'art-thérapie n'a fait son entrée officielle dans notre société contemporaine que vers les années 1930. Elle s'est d'abord introduite en Angleterre et aux États-Unis grâce à Margaret Naumburg, enseignante et psychothérapeute reconnue comme l'une des pionnières dans le domaine. Par ailleurs, il est intéressant de faire un parallèle entre l'art-thérapie et l'art brut, un mouvement lancé en 1945 par le peintre français Jean Dubuffet, à cause de la similarité du processus créatif qui vise essentiellement l'expression spontanée et personnelle (voir Sites d’intérêt).
Au Canada, parmi les thérapeutes ayant contribué à l'intégration de l'art dans le cadre de traitements psychiatriques, mentionnons, Martin A. Fisher, qui a fondé en 1967 le Toronto Art Therapy Institute et, en 1977, la Canadian Art Therapy Association. Au Québec, le premier cours d'initiation à l'art-thérapie remonte à 1979, et dès 1982, un programme universitaire de maîtrise est mis sur pied. En France, en dépit des programmes de formation offerts depuis les années 1970, l'art-thérapie n'est pas encore très répandue. L'Angleterre est le premier pays européen où la profession a été reconnue par les Services de santé publique, en 1997. En Allemagne, les assurances couvrent, dans certains cas, les frais de prise en charge, tandis que dans la plupart des autres pays européens, le travail de reconnaissance professionnelle reste à faire.
Le titre d'art-thérapeute n'étant pas protégé, n'importe qui peut s'afficher art-thérapeute sans formation particulière. Au Québec, le titre « d'art-thérapeute professionnel du Québec (ATPQ) » est toutefois réservé aux titulaires d'une maîtrise en art-thérapie ou d'un diplôme universitaire équivalent approuvé par l'Association des art-thérapeutes du Québec1. Il existe de nombreuses associations professionnelles d'art-thérapie dans le monde qui veillent à promouvoir et à contrôler les normes de formation et de pratique, entre autres, la Canadian Art Therapy Association2, l'American Art Therapy Association3 ainsi que la Fédération française des art-thérapeutes4.
Applications thérapeutiques

De façon générale, l'art-thérapie s'adresse à toute personne souhaitant entreprendre une démarche de croissance personnelle. L'approche s'apparente à une psychothérapie ou à une consultation psychologique classique à deux importantes différences près. Tout d'abord, elle privilégie un mode d'expression autre que le langage verbal. Ensuite, en plus de permettre des prises de conscience, elle peut elle-même être une source de libération, un révélateur ou un catalyseur à l'intérieur du processus de transformation. Enfin, c'est une approche dynamique qui favorise l'éveil du potentiel créatif, l'affirmation de soi et qui entraîne souvent un sentiment de bien-être, d'autonomie et de liberté.
L'art-thérapie est une pratique très répandue dans les secteurs de la santé. On l'utilise comme mode d'intervention en psychothérapie, particulièrement chez les sujets ayant de la difficulté à exprimer ce qu'ils ressentent par la parole, avec les enfants en bas âge ainsi qu'en physiothérapie pour développer une meilleure confiance en soi et favoriser la réhabilitation. L'approche peut être un outil d'accompagnement efficace pour aider à résoudre un grand nombre de problèmes reliés à des troubles d'apprentissage et de comportement5,6 des traumatismes importants7,8 des difficultés d'adaptation9,10 des problèmes de dépendance et de suicide, des conflits de travail ou personnels, etc. L'approche peut aussi être un outil d'accompagnement efficace pour induire de l’empathie chez les professionnels de la santé et favoriser une meilleure communication avec leurs patients11-16
Recherches
Bien que peu d’études scientifiques bien contrôlées aient été publiées sur l’art-thérapie, voici les principales références relatives à son efficacité.
Améliorer la qualité de vie des personnes âgées. Les résultats d’une étude randomisée avec groupe témoin menée auprès de 40 personnes âgées de 70 ans à 97 ans révèlent qu’une intervention d’art-thérapie basée sur l’observation d’oeuvres d’art améliore le bien-être émotionnel et divers paramètres physiologiques (pression artérielle, fatigue, douleur, etc.)17. Dans une autre étude, des personnes de 60 ans à 86 ans ont participé, pendant un mois, à une des trois démarches suivantes : séances de théâtre, discussions à partir d’oeuvres en arts visuels, ou aucune intervention19. Les personnes âgées ayant suivi les sessions de théâtre ont amélioré de façon significative leurs fonctions cognitives et leur bien-être psychologique comparativement aux deux autres groupes, et ces améliorations étaient maintenues après quatre mois.
Aider les patients atteints de cancer. Les résultats d'un essai avec groupe contrôle mené auprès de 32 enfants leucémiques de 2 ans à 14 ans indiquent qu’une approche d’art-thérapie combinant dialogue, imagination visuelle, jeux et dessins, induit des comportements positifs avant, pendant et après une intervention médicale douloureuse comme une ponction lombaire ou de la moelle osseuse, comparativement à un groupe sans ce type de support20. Les résultats d’un autre essai randomisé portant sur 111 femmes ayant reçu un diagnostic de cancer révèlent qu’un programme d’une durée de huit semaines combinant des séances de méditation et d’art-thérapie diminue les symptômes de détresse psychologique et améliore la qualité de vie comparativement à un groupe contrôle21. Même si d’autres essais bien contrôlés sont nécessaires afin de confirmer son efficacité, l’art-thérapie semble prometteuse pour améliorer le bien-être, favoriser la communication et aider à gérer les conflits émotionnels relatifs au cancer22-24.
Réduire le stress et l’anxiété. D’après les résultats d’une étude randomisée menée auprès de 36 étudiantes en sciences infirmières, une séance d’art-thérapie incluant dessins, peinture, écriture et collage pourrait être bénéfique afin de réduire le stress et l’anxiété et favoriser des émotions positives25.
Aider les personnes atteintes de schizophrénie. Il a été avancé que l'art-thérapie pouvait contribuer à aider les personnes souffrant de troubles psychiatriques. Toutefois, les auteurs d’une revue systématique publiée en 200526 ont convenu qu’étant donné le petit nombre d’études ainsi que la qualité insuffisante des protocoles, aucune conclusion définitive ne pouvait être tirée à propos de l’efficacité de cette approche pour les schizophrènes.
En pratique

Une session d'art-thérapie se déroule individuellement ou en groupe dans un endroit convivial qui ressemble souvent plus à un atelier d'art qu’à un cabinet de thérapeute. Avant d'entreprendre le travail de création, le thérapeute cherche à définir les motifs et les objectifs qui amènent le participant à suivre une thérapie afin de mieux le guider dans son processus de recherche intérieure. Puis il lui donne des conseils d'ordre technique relatifs aux matériaux choisis et l'encourage à s'exprimer le plus spontanément possible en représentant visuellement ce sur quoi il a décidé de s'investir.
Bien que l'art-thérapie comporte une dimension verbale, le travail expressif demeure central à la démarche. C'est l'image qui sert de fil conducteur. Par exemple, la personne qui suivrait une thérapie dans le but de résoudre une relation conflictuelle pourrait, au départ, peindre la douleur qu'elle ressent. Graduellement, elle parviendra à peindre un tableau renouvelé de la situation et pourra finalement voir se dessiner une solution inédite. Au début, cela peut paraître difficile à cause de notre tendance à analyser le moindre de nos gestes. Mais peu à peu, guidé par le thérapeute, on en vient, à force d'exercices, à s'exprimer plus librement. C'est en observant la manière de structurer l'espace, de disposer les formes, d'utiliser les couleurs, d'associer les idées qu'on parvient à donner un sens à sa création et à s'en inspirer pour effectuer les changements désirés dans sa vie.
Un des aspects intéressants de l'art-thérapie est que, contrairement à la parole, les images demeurent. Ainsi, dans le cadre de la thérapie, si un individu en venait à tout remettre en question, le thérapeute pourrait lui faire voir le chemin qu'il a parcouru en exposant l'ensemble de ses travaux. Le rôle du thérapeute n'est pas d'interpréter le travail créatif, mais de soutenir le sujet dans sa transformation et de l'accompagner d'une production artistique à l'autre afin qu'il en arrive à une plus grande clarté.
La durée d'une thérapie est variable. Il se peut que quelques séances suffisent à cerner le problème; la thérapie peut aussi s'étendre sur un plus grand nombre de rencontres.
Divers ateliers de groupe sont offerts par des enseignants, des art-thérapeutes, des artistes professionnels et des psychologues. Si les intervenants ne sont pas membres d'une association professionnelle d'art-thérapeutes, assurez-vous de leur compétence en psychothérapie. On a beau être un excellent artiste, on ne s'improvise pas psychothérapeute. Les ateliers sont généralement offerts dans des centres de croissance, des centres communautaires et des établissements offrant une formation en thérapie par l'art.
L'art-thérapie se pratique dans une grande variété de contextes, notamment dans les hôpitaux psychiatriques, les établissements de soins de longue durée, les centres de rééducation, les centres de réadaptation pour personnes alcooliques et toxicomanes, les centres de jeunes délinquants ainsi que dans les milieux correctionnels, les résidences d'aînés et en pratique privée. À Montréal, plusieurs hôpitaux, surtout anglophones, disposent d'un service d'art-thérapie. Le premier fut mis sur pied par Marie Revai à l'Hôpital Royal Victoria dans les années 1950.
Bibliographie
WholeHealthMD.com. Art Therapy. [Consulté le 3 février 2006]. www.wholehealthmd.com
National Coalition of Creative Arts Therapies Associations (NCCATA). Art Therapy, États-Unis. [Consulté le 3 février 2006]. www.nccata.org
History of Toronto Art Therapy Institute. [Consulté le 3 février 2006]. http://tati.on.ca
Vancouver Art Therapy Institute. History of Art Therapy Training in Canada, Vancouver, British Columbia. [Consulté le 3 février 2006]. http://vati.bc.ca
Petersen, Katharina. Petite histoire de l'art-thérapie et sa situation actuelle. Association Arthémis, France. [Consulté le 3 février 2006]. http://kpetersen.free.fr
Toronto Art Therapy Institute. Programme de maîtrise, Toronto, Ontario. [Consulté le 3 février 2006]. http://tati.on.ca
Université Concordia. Programme de maîtrise en art-thérapie, Montréal, Québec. [Consulté le 3 février 2006]. http://art-therapy.concordia.ca
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Programme court de 2e cycle en art-thérapie, Rouyn-Noranda, Québec. [Consulté le 3 février 2006]. www.uqat.uquebec.ca
Notes
1. Association des art-thérapeutes du Québec. Montréal, Québec, Canada. [Consulté le 3 février 2006]. http://aatq.org
2. Canadian Art Therapy Association (CATA). Canada. [Consulté le 3 février 2006]. www.catainfo.ca
3. American Art Therapy Association (AATA). États-Unis. [Consulté le 3 février 2006]. www.arttherapy.org
4. Fédération française des art-thérapeutes. France. [Consulté le 3 février 2006]. http://ffat.free.fr
5. Walsh SM, Hardin SB. An art future image intervention to enhance identity and self-efficacy in adolescents. J Child Adolesc Psychiatr Nurs. 1994 Jul-Sep;7(3):24-34.
6. Riley S. Art therapy with adolescents. West J Med. 2001 Jul;175(1):54-7.
7. Skowron J, Tyszkiewicz M. Art therapy as an assisting psychotherapeutic method for adolescentsPsychiatr Pol. 1996 Mar-Apr;30(2):247-54. Polish.
8. Celano M, Hazzard A, et al. Attribution retraining with sexually abused children: review of techniques. Child Maltreat. 2002 Feb;7(1):65-76. Review.
9. Picard C. Pattern of expanding consciousness in midlife women: creative movement and the narrative as modes of expression. Nurs Sci Q. 2000 Apr;13(2):150-7.
10. Rousseau C, Drapeau A, et al. Evaluation of a classroom program of creative expression workshops for refugee and immigrant children. J Child Psychol Psychiatry. 2005 Feb;46(2):180-5.
11. Peloquin SM. Art: an occupation with promise for developing empathy. Am J Occup Ther. 1996 Sep;50(Cool:655-61. Review.
12. Hodges HF, Keeley AC, Grier EC. Masterworks of art and chronic illness experiences in the elderly. J Adv Nurs. 2001 Nov;36(3):389-98.
13. Tate FB, Longo DA. Art therapy. Enhancing psychosocial nursing. J Psychosoc Nurs Ment Health Serv. 2002 Mar;40(3):40-7. Review.
14. Wikstrom BM. A picture of a work of art as an empathy teaching strategy in nurse education complementary to theoretical knowledge.J Prof Nurs. 2003 Jan-Feb;19(1):49-54.
15. Wikstrom BM. Health professionals' experience of paintings as a conversation instrument: a communication strategy at a nursing home in Sweden. Appl Nurs Res. 2003 Aug;16(3):184-8.
16. Lane MR. Creativity and spirituality in nursing: implementing art in healing. Holist Nurs Pract. 2005 May-Jun;19(3):122-5. Review.
17. Wikstrom BM, Theorell T, Sandstrom S. Medical health and emotional effects of art stimulation in old age A controlled intervention study concerning the effects of visual stimulation provided in the form of pictures. Psychother Psychosom. 1993;60(3-4):195-206.
19. Noice H, Noice T, Staines G. A short-term intervention to enhance cognitive and affective functioning in older adults. J Aging Health. 2004;16(4):562-85.
20. Favara-Scacco C, Smirne G, et al. Art therapy as support for children with leukemia during painful proceduresMed Pediatr Oncol. 2001 Apr;36(4):474-80.
21. Monti DA, Peterson C, et al. A randomized, controlled trial of mindfulness-based art therapy (MBAT) for women with cancer. Psychooncology. 2005 Nov 15.
22. Deane K, Fitch M, Carman M. An innovative art therapy program for cancer patientsCan Oncol Nurs J. 2000 Fall;10(4):147-51, 152-7.
avatar
nadineBXL

Nombre de messages : 15
Age : 41
Date d'inscription : 16/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum