Lettonie : La hausse des factures de chauffage encourage la rénovation de l’habitat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lettonie : La hausse des factures de chauffage encourage la rénovation de l’habitat

Message  thierry.F le Mar 3 Fév - 19:51:53



(sources: Diena, LETA)

Avec l’augmentation en 2008 des factures de chauffage, il est devenu bien plus facile en Lettonie de parvenir à une majorité de 51% de copropriétaires pour décider de la rénovation de l’immeuble: les intérêts de crédit pour travaux sont devenus moins onéreux que l’inflation sur les factures de chauffage. L’opportunité rejoint les principes écologiques: il faut consommer moins et cela commence par le logement avec 38% des dépenses d’énergie du pays. En Lettonie, il s’agit principalement de réduire les pertes d’énergie en hiver des immeubles de l’époque soviétique –le ministère de l’économie estimait en 2007 qu’il était possible à terme de réduire de 40% leur consommation.

Une isolation thermique n’ayant de sens qu’à l’échelle du bâtiment tout entier, il est nécessaire d’isoler à la fois les appartements et les parties communes. L’entretien et la rénovation de ces dernières, malgré l’extrême proportion de logements privatisés, souvent réalisés par les services municipaux (tant que la privatisation du bâtiment n’est pas totale soit la moitié des logements à Riga par exemple), sont retardés devant les devis de travaux. Et leur état peu performant voire alarmant est regardé de manière fataliste comme un traumatisme post-soviétique: «escaliers sales et fonctionnaires de mauvaise humeur».
A Riga en particulier, on accuse à mot couvert les retraités indigents mais néanmoins propriétaires, réticents à rénover un appartement «qui suffira bien jusqu’à la fin de leurs jours». Conséquemment, les syndics embauchent des spécialistes pour les obliger dans un premier temps à assister aux assemblées de copropriétaires puis les convaincre de l’utilité des travaux. En fait pour une isolation des murs par l’extérieur et selon les conditions des crédits actuellement pratiqués, le coût mensuel par mètre carré est limité en moyenne à 30 centimes de Lats (environ 42 centimes d’Euro).

En particulier parce que la réalisation des travaux demande l’obtention d’un crédit mais aussi pour optimiser les travaux, la démarche est bien plus efficace lorsque les propriétaires sont organisés en copropriété et représentés par un syndic. Les propriétaires n’ont ainsi pas besoin de garant, les sommes étant avancées par le syndic qui contracte le prêt en son nom. La tendance favorise toutefois le développement des grandes entreprises de syndics: les banques accordent plus facilement leur confiance à des syndics solvables et expérimentés (soit moins d’une dizaine en Lettonie) ce qui ne favorise pas la politique nationale de création d’un marché concurrentiel et anti-inflationniste des agences de syndic, inexistant pour le moment.

Pour le moment, l’Etat de son côté propose son aide à la rénovation des immeubles construits durant l’époque soviétique, et tente d’imposer des audits énergétiques demandés par Bruxelles comme condition à l’arrivée des fonds structurels européens.
avatar
thierry.F

Nombre de messages : 138
Age : 53
Date d'inscription : 10/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum