LA CRISE BELGE TELLE QU'ELLE A ETE VUE EN RUSSIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA CRISE BELGE TELLE QU'ELLE A ETE VUE EN RUSSIE

Message  jimmyolsen le Mer 30 Avr - 19:48:28

Belgique: vends monarchie avec roi, cour et séparatistes
Par Elena Chesternina, Kommersant
Plus de six mois sans gouvernement. Ce record a été établi par la Belgique en devançant considérablement un autre pays, dont le pouvoir exécutif essaie pour la deuxième fois de former le gouvernement: l'Ukraine. Les raisons de cet état de choses sont analogues: dans les deux cas, il s'agit en fait de la division des Etats en deux parties. Mais si en Ukraine on parle de division éventuelle en Est et en Ouest, elle reste encore théorique, alors que la même "théorie" en Belgique prend une forme assez réaliste.
La Belgique a déjà surmonté depuis longtemps son précédent record des années 1987-1988, lorsqu'elle avait vécu 148 jours sans gouvernement. A présent, le cabinet n'a toujours pas été formé depuis le 10 juin, jour des dernières élections législatives. Yves Leterme, candidat au poste de premier ministre, leader des chrétiens-démocrates flamands, a tenté par deux fois d'y parvenir, mais en vain. Durant des mois de négociations, les partis flamands et wallons n'ont pas réussi à s'entendre. La pierre d'achoppement a été la proposition de M. Leterme d'accorder une plus grande autonomie aux régions belges qui, selon le premier ministre manqué, devraient avoir la possibilité de régler elles-mêmes les problèmes vitaux de leur existence. En pratique, cela transformerait la Belgique en une confédération de trois régions: la Flandre, la Wallonie et la région de Bruxelles-Capitale.
Ne réussissant pas à clore le problème de la formation du gouvernement, M. Leterme a demandé au roi Albert II de le débarrasser de cette "mission honorifique". Le monarque a satisfait son souhait et chargé le chef du cabinet sortant Guy Verhofstadt de démêler l'écheveau des contradictions politiques. Néanmoins, rien ne garantit qu'il le fera plus vite.
Dans le pays, on parle de plus en plus souvent de la possibilité de nouvelles élections, mais il est peu probable qu'elles modifient radicalement la situation: les résultats seraient probablement analogues. Bien plus, comme le prédisent les experts politiques les plus pessimistes, si cette situation persiste, l'Etat pourrait être amené à être divisé en deux parties: la Wallonie francophone et la Flandre néerlandophone.
Ironie du sort: le pays où siègent presque toutes les institutions de l'Europe unie pourrait cesser d'exister!
Bien entendu, personne ne peut prévoir quand le "divorce" aura lieu. Mais les Belges n'excluent pas cette éventualité, ce dont témoignent les sondages d'opinion. Selon un sondage réalisé par la chaîne de télévision VRT, 66% des habitants de la Flandre et 47% des habitants de la Wallonie jugent que la division de la Belgique est possible. Il est à noter que 46% des Flamands estiment que cette division serait utile.
Cette position peut facilement s'expliquer: la Flandre, qui compte environ 60% de la population du pays et est bien plus développée sur le plan économique, "nourrit" effectivement la Wallonie plus pauvre, dont les indices économiques sont plus bas et le chômage plus important. Mais, paradoxalement, la Wallonie ne manque pas non plus de séparatistes. "La seule issue, pour nous, est de nous séparer de la Belgique et de nous joindre à la France", estime Laurent Brogniet, secrétaire général du groupement politique Rassemblement Wallonie-France (RWF). A son avis, Paris respectera davantage la Wallonie que les Flamands, aux yeux de qui elle n'est qu'une soeur cadette.
Les hommes politiques flamands ne cachent même pas leur mépris: selon le premier ministre manqué Yves Leterme, les Wallons sont si sots qu'ils n'arrivent même pas à apprendre le néerlandais.
Les nationalistes flamands avancent les arguments suivants: Nous n'avons rien en commun, mis à part le roi, l'équipe de football et la bière. Mais ils ne se sont pas bornés à de simples déclarations menaçantes, ils sont passés à des actes concrets: ainsi, le parti nationaliste d'extrême-droite "l'Intérêt flamand" a proposé aux parlementaires d'engager des débats sur la division de l'Etat belge. Les députés représentant la Flandre ont soutenu la loi lésant considérablement le droit de vote des habitants francophones des environs de Bruxelles.
Les députés francophones ont qualifié ces actes de "déclaration de guerre" et rédigé une pétition invitant à préserver l'intégrité territoriale du pays, qui a été signée par 150.000 habitants. Des actions de protestation massives se sont déroulées à Bruxelles. Dans la capitale, la menace de division suscite la réaction la plus douloureuse, car la ville, dont la majorité des habitants considèrent le français comme leur langue maternelle, est située sur le territoire de la Flandre "hostile". De nombreux drapeaux noir-jaune-rouge sont apparus dans les rues. Les Bruxellois les hissent sur leurs balcons pour manifester leur soutien à la conservation de l'intégrité du royaume.
Mais les altercations politiques et les protestations de rue ne sont rien par rapport au choc que les Belges ont subi il y a un an, lorsque la chaîne de télévision RTBF avait décidé de prévoir les conséquences réelles de la division du pays. Les journalistes n'avaient rien trouvé de mieux que d'annoncer en direct que c'était déjà un fait accompli. Selon l'information sensationnelle des actualités, le parlement de la Flandre avait voté pour l'indépendance. Les spectateurs avaient été tellement stupéfiés qu'ils n'avaient pas remarqué l'inscription en bas de l'écran indiquant que c'était une plaisanterie.
Ces derniers temps, les Belges plaisantent beaucoup au sujet d'une éventuelle division. C'est la seule chose qu'il leur reste à faire, puisque les hommes politiques n'arrivent pas à s'entendre. Ainsi, Gerrit Six, ancien journaliste belge, a mis en vente son pays avec le roi, sa cour et sa dette nationale sur le site en ligne eBay.be. Plaisanterie mise à part, la somme des enchères a atteint 14 millions d'euros.
avatar
jimmyolsen
Admin

Nombre de messages : 391
Date d'inscription : 23/04/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

A bon ?

Message  dudule le Jeu 1 Mai - 12:05:57

alien Ah bon ? on a parlé de la crise belge en russie ? On est des stars alors ? Bon, ben, c'est vrai qu'entre Brugges et Arlon, c'est un peu la StarAc : Di Rupo, Leterme (qui chante faux), Reynders (qui discute tout le temps, il a que ça a foutre), Milquet (malgré ses yeux transcendant)... Le problème est qu'on ne vote pas pour les éliminer. Ils sont qualifiés à vie. n'empêche, même en russie en passe pour des cons ! Very Happy

dudule
Invité


Revenir en haut Aller en bas

C'est marrant

Message  marianne le Sam 17 Mai - 10:44:37

Voilà que les russe s'intéressent au problème belge. En tous les cas, bien qu'étant suisse, je n'avais pu lu un si bon article sur le sujet. C'est vrai qu'en suisse, la Belgique, on connait pas trop. Va-t-elle s'en sortir indemne ?

marianne
Invité


Revenir en haut Aller en bas

et voilà

Message  jam45BXL le Jeu 19 Juin - 15:09:07

et voilà nous passons pour des cons aux yeux du monde. Il y a de quoi. Je trouve que dans le sketche de coluche, le belge en question, c'est Yves Leterme.

jam45BXL
Invité


Revenir en haut Aller en bas

normal

Message  liegeois le Ven 20 Juin - 12:29:09

cette vision de la crise belge par les russes est justifiée : nos politiciens sont des cons et le prouvent chaque jour un peu plus.

liegeois
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA CRISE BELGE TELLE QU'ELLE A ETE VUE EN RUSSIE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum