Arménie : les enfants d’Alaverdi paient le prix lourd de la pollution.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arménie : les enfants d’Alaverdi paient le prix lourd de la pollution.

Message  jimmyolsen le Dim 22 Juin - 21:41:11



Entre 1980 et 2007, le nombre d’anomalies congénitales a doublé en Arménie. La petite ville industrielle sinistrée d’Alaverdi, à 190 kilomètres au nord de Yerevan, concentre ses cas dramatiques. En cause : la fonderie de cuivre ACP, dont les fumées enveloppent la ville. Quand elle a fermé ses portes, de 1988 à 1992, les malformations ont brusquement cessé d’apparaître. Mais il s’agit du seul employeur d’une ville qui en a bien besoin...
Le 22 octobre dernier, Anahait Hakobian, enceinte de sept mois, a dû mettre un terme à sa grossesse quand le médecin lui a annoncé qu’un scanner du fœtus révélait une anomalie incurable. L’enfant à naître n’avait développé qu’une moitié du cerveau.
Plusieurs médecins ont déclaré avoir découvert des anomalies semblables dans plusieurs villages situés autour de la ville d’Alaverdi. Les habitants accusent les émanations toxiques de l’usine locale d’être la cause de toutes ces anomalies, mais aucune étude indépendante n’a pu le prouver jusqu’à présent.
« Docteur, est-ce que mon enfant est normal ? » Telle est la question la plus fréquente que les futures mères posent à Roza Machkalian, responsable des consultations à la maternité de l’hôpital d’Alaverdi. Amalia Azalian, médecin chef de la maternité, dit que le ministère de la santé lui demande, quand elle rend ses rapports annuels, pourquoi il y autant d’enfants et de fœtus avec des anomalies dans sa ville.
« Je n’ai pas de réponse à cette question parce qu’aucune analyse complète n’a été faite. Mais je suis sûre que la pollution environnante joue un grand rôle. Cette pollution a un impact sur les femmes enceintes et les personnes les plus fragiles. Cette année, la situation est catastrophique. Nous avons découvert des malformations que nous n’avions encore jamais rencontrées avant ».
Le ministère de la Santé a installé des appareils à ultrasons pour des contrôles médicaux afin d’éviter les avortements tardifs. Parmi les malformations, on trouve des hydrocéphalies, quand le fœtus a de l’eau à la place du cerveau, des anacéphalies, quand l’avant du cerveau est présent mais pas l’arrière, et des anomalies moins graves comme des becs-de-lièvre ou des palais fendus.
La ville d’Alaverdi est située à 190 kilomètres au nord de Yerevan. La ville compte officiellement 22 000 habitants, mais le chiffre réel pourrait être quatre fois moins important à cause de la forte émigration. Au temps de l’Union soviétique, la ville était un centre important de production de métaux non-ferreux.
La fonderie de cuivre ACP est la seule encore en fonction, et elle emploie 500 personnes. Avant l’indépendance, elle en employait dix fois plus. L’usine a été fermée en 1989 à cause de l’effondrement de l’Union soviétique et des problèmes d’environnement. Elle a été réouverte en 1996. Aujourd’hui elle fonctionne à la moitié de ses capacités, selon Andranik Gambarian, porte-parole de la fonderie Alaverdi Armenian Copper Programme.
L’explication des problèmes de santé dont souffrent les habitants de cette petite ville est claire pour les écologistes et les professionnels de santé : la fonderie. De l’anhydride sulfurique est rejeté par la cheminée haute de 100 mètres et les arbres, les buissons, la végétation aux alentours sont tout rabougris Ces spécialistes font remarquer que les archives du ministère de la Santé ne mentionnent pas d’anomalies à la naissance pour l’année 1992, quand la fonderie ne fonctionnait pas, mais qu’en 2001, 28 cas de malformations ont été enregistrés et qu’en 2004, 107 cas ont été enregistrés.
La direction de la fonderie affirme qu’il n’y a pas de liens directs prouvés entre les problèmes de santé et les émissions de fumées de l’usine. « On ne peut pas nier qu’il y a des émissions de fumée, mais elles sont sans danger. Les gens répandent des rumeurs par jalousie, parce que l’usine emploie dix fois moins de gens qu’avant et beaucoup sont au chômage », affirme le porte-parole Gambarian.
Le ministère de l’Environnement a confirmé que l’émission annuelle de substances dangereuses est dix fois plus élevée que la normale, mais il n’a mis en route aucun programme de protection de l’environnement.
Pour l’Organisation Mondiale de la Santé, les choses sont compliquées, parce que les donnés concernant les anomalies congénitales sont rares et seul le Kirghizstan, de tous les pays de l’ex-Union soviétique, a des données encore plus graves.
« Entre 1980 et 2004, le nombre d’anomalies congénitales a doublé en Arménie », affirme Yelena Manvelian, présidente de l’organisation des femmes arméniennes pour la santé et l’environnement. « Ces problèmes doivent trouver des solutions immédiates. Demain, il sera trop tard. Nous devons sauver notre patrimoine génétique. Il faut sonner l’alarme maintenant. Alaverdi est un endroit extrêmement dangereux ».
Une responsable du ministère de la Santé, spécialiste du département de la mère et de l’enfant, Gayane Avagian, dit qu’elle n’a aucun doute et que, pour elle, ces émissions toxiques sont responsables des problèmes de santé. Mais elle reconnaît que le ministère n’est pas capable de résoudre les problèmes tout seul et a besoin de l’aide du gouvernement.
Toutefois, la question n’est pas sans ambiguïté, comme le souligne Larisa Paremuzian, présidente du Centre de soutien aux femmes d’Alaverdi. Quand la fonderie a fermé ses portes en 1988, l’environnement s’est amélioré d’une façon sensible, mais dans le même temps, la ville a perdu sa principale source d’emplois et beaucoup de gens ont commencé à émigrer.
avatar
jimmyolsen
Admin

Nombre de messages : 391
Date d'inscription : 23/04/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

sinistre

Message  emarcel le Dim 22 Juin - 22:31:05

voilà bien un article sinistre. mais aussi un nouvel exemple que la fin de l'URSS a entrainé des énormités dans les pays nouvellement indépendants. Ce n'est pas surprenant. Beaucoup de ces pays indépendants ont été dirigés par des leaders sans scrupules qui ont eu pour uniquement motivation pour sortir de l'URSS que le pillage de leurs pays à leurs seuls fins. heureusement, cette période noire est en passe d'appartenir au passé, même si des énormités demeurent encore.
avatar
emarcel

Nombre de messages : 38
Age : 46
Date d'inscription : 09/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vivie le capitalisme sauvage !

Message  bebert le Jeu 16 Oct - 10:11:44

J'avais déjà entendu parler de ce problème. On a voulu la destruction de l'Union soviétique avant tout pour que les sociétés occidentales aient accès aux matières premières. Voilà le résultat. Vive le dégueulasse capitalisme sauvage ! Et ils en disent quoi les syndicats européens qui devraient monter au créneau ?

bebert
Invité


Revenir en haut Aller en bas

@bebert

Message  ozone69 le Lun 20 Oct - 17:12:24

Que veux-tu, il faut bien que le capitalisme sauvage de ces pays alimente notre société de consommation.

ozone69
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Arménie : les enfants d’Alaverdi paient le prix lourd de la pollution.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum