l'UE veut participer au règlement des Conflits dans l'espace postsoviétique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

l'UE veut participer au règlement des Conflits dans l'espace postsoviétique

Message  jimmyolsen le Sam 28 Juin - 18:22:40



Il sera question des conflits gelés dans l'espace postsoviétique lors du prochain sommet Russie-UE qui se déroulera à Khanty-Mansiisk fin juin, a estimé lundi le délégué permanent russe auprès de l'Union européenne Vladimir Tchijov dans le cadre d'un duplex Moscou-Bruxelles organisé par RIA-Novosti.
"Nous nous préparons à une discussion sur les conflits gelés dans l'espace postsoviétique lors du prochain sommet Russie-UE. L'Union européenne ne cache pas sa volonté de s'impliquer plus énergiquement dans leur règlement", a indiqué le diplomate.
Et d'ajouter que l'engagement de l'Union européenne dans le règlement de ces conflits ne doit pas affecter les formats de règlement en place.
"Nous sommes prêts à en discuter à condition que cela n'affecte pas les formats actuels des processus de négociations. S'agissant du Haut-Karabakh, on constatera la présence du Groupe de Minsk de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Le Groupe de Minsk a trois coprésidents, dont un représentant de l'Union européenne. Par conséquent, l'UE est d'ores et déjà impliquée dans ce processus de règlement. Il existe aussi des formats de règlement appropriés des conflits abkhazo-géorgien et osséto-géorgien", a poursuivi M. Tchijov.
En 1988, le Haut-Karabakh, peuplé majoritairement d'Arméniens, a proclamé son indépendance vis-à-vis de la RSS d'Azerbaïdjan. Après la création de la République du Haut-Karabakh en 1991, des hostilités y ont éclaté à l'issue desquelles Bakou a perdu le contrôle de la région, ainsi que de sept autres districts limitrophes. Les hostilités ont cessé dans la zone du conflit le 12 mai 1994 à l'issue de la signature à Bichkek, au Kirghizstan, d'un cessez-le-feu toujours en vigueur.
Depuis 1992, des négociations sur le règlement du conflit du Haut-Karabakh se poursuivent dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE dont les coprésidents sont la Russie, les États-Unis et la France.
L'Azerbaïdjan insiste sur la préservation de son intégrité territoriale, alors que l'Arménie défend les intérêts de la république autoproclamée du Haut-Karabakh qui n'est pas partie aux négociations.
A l'époque de l'URSS, l'Ossétie du Sud avait le statut de région autonome au sein de la République de Géorgie. En 1991, le premier président géorgien, Zviad Gamsakhourdia a annulé ce statut, provoquant un conflit meurtrier. Tbilissi a perdu le contrôle du territoire sud-ossète en 1992. La paix dans la zone du conflit osséto-géorgien est maintenue grâce à un contingent composé de trois bataillons (russe, géorgien et ossète), fort de 500 hommes chacun.
La Commission mixte de contrôle avec des coprésidents russe, géorgien, nord-ossète et sud-ossète est le principal mécanisme de règlement du conflit. Ces derniers temps, Tbilissi met en cause le travail mené dans ce format, contrairement aux autres participants au processus de négociations.
L'ancienne république autonome d'Abkhazie a proclamé son indépendance envers la Géorgie après la chute de l'URSS en 1991. Des affrontements meurtriers ont opposé les Abkhazes aux forces militaires géorgiennes à partir de 1992 et n'ont cessé qu'après l'intervention d'une force internationale de maintien de la paix. Président depuis 2004, Mikhaïl Saakachvili a promis de rétablir l'autorité de Tbilissi sur la région sécessionniste. Les négociations sur le règlement du conflit sont suspendues depuis 2006.
Ces derniers temps, l'Abkhazie signale une forte concentration de troupes géorgiennes à sa frontière. Tbilissi dément. Compte tenu de la nouvelle dégradation de la situation dans la zone du conflit abkhazo-géorgien, la Russie y a augmenté les effectifs de son contingent de paix en mai, atteignant 2.500 hommes alors que la limite autorisée est de 3.000.

DOUCHANBE, 24 juin - RIA Novosti. Sébastopol n'a jamais été cédée à l'Ukraine à l'époque de l'URSS, a de nouveau déclaré mardi le maire de Moscou Iouri Loujkov en visite au Tadjikistan.
"Sébastopol n'a jamais été cédée à l'Ukraine, j'ai attentivement étudié les documents de base et je fais cette déclaration en toute connaissance de cause", a indiqué M. Loujkov à l'issue de sa rencontre mardi avec le président tadjik Emomali Rakhmon.
"Le stationnement de la flotte russe à Sébastopol et le statut particulier de cette ville garantit la stabilité aux frontières sud-ouest de la Russie et nous n'avons pas besoin de voir cet équilibre basculer au détriment de la Russie", a expliqué l'homme politique russe.
"La Russie ne menace personne, elle n'a pas besoin d'une guerre", a ajouté M. Loujkov.
La récente déclaration du maire de Moscou, lors des festivités consacrées au 225e anniversaire de la Flotte russe de la mer Noire, et selon laquelle la question de l'appartenance nationale de la ville (après la fin de l'URSS en 1991) était en suspens, a envenimé les rapports russo-ukrainiens. M. Loujkov a été déclaré persona non grata en Ukraine, alors que le président ukrainien, Viktor Iouchtchenko, a chargé le gouvernement de mettre au point le projet de loi sur la cessation, en 2017, des accords internationaux régissant la présence de la Flotte russe en Crimée.
S'agissant de la base militaire russe au Tadjikistan, M. Loujkov a indiqué qu'elle n'a pas de missions purement militaires.
Cette base "protège pour la Russie l'espace géopolitique de l'Asie centrale", a-t-il estimé, ajoutant que "la base doit garantir la stabilité régionale".
M. Loujkov se trouve au Tadjikistan dans le cadre des Journées de la culture de Moscou.
avatar
jimmyolsen
Admin

Nombre de messages : 391
Date d'inscription : 23/04/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

et quoi d'autre encore ?

Message  flibusti le Sam 28 Juin - 20:29:29

l'UE qui veut se méler de ce qui se passe dans la zone d'influence russe ? Une vaste blague destinée aux européens pour leur faire croire que l'Europe a un poids diplomatique dans le monde. D'ailleurs, Medvedev, vient juste de dire : Niet. Que peut-on lui dire ? Nous sommes complétement pieds et poings liés face à la Russie : question d'approvisionnement énergétique. Nous devrions plutôt nous rapprocher d'eux plutôt que de nous opposer systèmatiquement à eux. mais le jour où l'Europe aura une politique rationnelle...

flibusti
Invité


Revenir en haut Aller en bas

risible en effet

Message  kiss1976 le Sam 28 Juin - 21:56:17

Risible, en effet. L'Union était-elle arrivée à un tel aveuglement sur sa propre situation ? Croire que nous allons nous participer au réglement des conflits latents dans l'ex-Union soviétique est une abhération. mais bon, l'UE n'est plus à une imbécilité près. le seul problème (pour rejoindre l'avis ci-dessus, c'est qu'à force, nous allons bel et bien nous mettre la Russie sur le dos. Et là, nous aurions absolument tout à perdre. Encore une fois, cette prétention est absolument risible.

kiss1976
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voyons cela.

Message  j-luc le Lun 18 Aoû - 2:11:57

Eh bien la situation conflictuelle entre la Géorgie et l'Ossètie du sud d'une part et entre la Russie et la Géorgie d'autre part va permettre de prendre l'exacte mesure du crédit de la diplomatie de l'UE dans cette partie du monde.

J'observe que si N. Sarkozy en charge de la présidence de l'UE n'avait d'autre solution que de "s'y coller" les déclarations de la chancellière A. Merkel manquent à tout le moins du tact le plus élementaire dans une telle situation pour ne pas dire qu'elles sont d'une ébouriffante stupidité.
Le moment est mal venu pour taquiner l'ours russe en déclarant que la Géorgie a vocation à intégrer l'OTAN.

Mais et ce n'est qu'une interrogation je me demande si l'intervention russe ne sera pas considérée comme un blanc seing pour une intervention US contre l'Iran.
avatar
j-luc

Nombre de messages : 72
Age : 60
Emploi/loisirs : consultant formateur en ressources humaines.
Date d'inscription : 14/05/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pardon ?

Message  kiss1976 le Ven 22 Aoû - 21:59:03

Quelle rigolade ! L'incontinente Union européenne n'est même pas capable de s'occuper de ses affaires, surtout de son déficit démocratique, alors s'occuper de la Géorgie (par exemple), c'est une vulgaire blague.

kiss1976
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Déficit démocratique?

Message  j-luc le Dim 24 Aoû - 22:02:00

kiss1976 a écrit:Quelle rigolade ! L'incontinente Union européenne n'est même pas capable de s'occuper de ses affaires, surtout de son déficit démocratique, alors s'occuper de la Géorgie (par exemple), c'est une vulgaire blague.

Vous étiez à Pékin ces derniers jours?
avatar
j-luc

Nombre de messages : 72
Age : 60
Emploi/loisirs : consultant formateur en ressources humaines.
Date d'inscription : 14/05/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

USA plutot que Russie

Message  t-34_85 le Mar 26 Aoû - 17:55:30

Peut etre que c'est contraire a la raison, mais les Europeens vont plutot avoir tendance a suivre les Americains que les Russes. Et ce n'est pas demain que la tendance va s'inverser. En effet, les Occidentaux ont suivi les Americains pendant 60 ans, et sont restes "en securite". Puis, les USA dominent le monde, c'est connu, ce serait idiot de se la mettre sur le dos (cela provoquerait pas mal d'inconvenients economiques, et ca on veut pas changer). Et puis, il faut dire, la Russie on en a peur, car elle est imprevisible. Et puis les Eurpeens ont jamais fait confiance a la Russie (que ce soit l'Empire Russe, l'URSS, ou la Federation de Russie), c'ets pas aujourd'hui qu'ils vont changer. En fait, les Occidentaux n'ont aucune idee de a quoi s'attendre si ils s'arrangeaient avec les Russes (et n'ont pas envie de fire l'effort de s'imaginer). Et puis l'economie russe est pas si flamboyante que cela (tout ce que les Europeens veulent, c'est investir dans le gaz russe, mais comme les Russes veulent pas, ceux-ci sont tout de suite denigres par la presse, et deviennent des mechants), donc au final, il est economiquement plus avantageux d'etre avec les Americains qu'avec les Russes. Pour cela, on est pret a irriter les Russes (et cela peut avoir de graves consequences), on estpret a nourir considerablement l'empire americain, et on est pret a rendre les Americains invulneables aux missiles nucleaires (et donc ceux-ci pourront lancer leurs fusees impunement). Quel monde desolant... Crying or Very sad

t-34_85

Nombre de messages : 7
Age : 27
Emploi/loisirs : Etudiant en psychologie
Date d'inscription : 17/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'UE veut participer au règlement des Conflits dans l'espace postsoviétique

Message  j-luc le Mar 26 Aoû - 22:29:22

Il est quand même normal que l'UE se préoccupe de ce qui se passe sur le continent européen puisque c'est là que nous habitons.
Jusqu'ici il n'y a rien à redire.
Ensuite il y a la manière et ce n'est pas qu'une simple question de forme.
Rappelons tout de même que ce sont des consultants US diplômés d'Harvard qui ont "organisé" le passage à l'économie de marché de l'ex URSS ; à la façon dont le FMI intervient dans les pays en développement.
Les grands bénéficiaires ont été les réseaux du crime organisé.

Avec le gouvernement russe nous avons pratiqué la politique du "cause toujours tu m'intéresses". Nous en voyons les effets aujourd'hui.

Si l'on pose sur la table les différents items visibles nous pouvons conclure au jour d'aujourd'hui que:
- L'administration US quoi qu'elle dise doit se frotter les mains dans la mesure où l'actuelle tension politique devrait lui permettre de négocier plus facilement l'implantation sur le territoire de l'UE des éléments de son système ABM.
- Regardons les choses en face, cela va se traduire ipso facto par une mise sous le boisseau de la politique de défense de l'UE au profit de l'OTAN. Le résultat prévisible étant un alignement de notre politique extérieure.

Nous aurons bientôt des élections au parlement européen.
Avant d'aller voter, il serait bon de se poser les bonnes questions.
Par exemple qui a déclenché la 1 crise des balkans si ce n'est le chancelier Köhl par une reconnaissance unilatérale de la Slovénie - déjà! -.
Qui a amplifié cette crise et ouvert la porte à tous les séparatismes par une reconnaissance unilatérale du Kosovo si ce n'est entre autre l'UE - encore -.
Qui dénie ce même droit au nom de ses simples intérêts l'UE - toujours -.
Un peu de cohérence serait salutaire d'autant que l'UE dispose de 2 sièges sur 5 au conseil permanent de sécurité.

Un commentateur politique déclarait je ne sais plus où que l'UE avait au moins le mérite de créer de la norme. Je crois que ce monsieur s'est engagé un peu vite. Actuellement nous créons les conditions objectives pour qu'éclatent de nouveaux conflits ou que la planète voit la résurgence de feux mal éteints. Feux sur lesquels certains assoiffés de pouvoir n'hésiteront pas à souffler puisqu'aujourd'hui et maintenant la norme que nous créons peut s'énoncer de la façon suivante: Le droit international est une donnée à géométrie variable.

Alors oui il faut se préoccuper de ce qui se passe sur le continent européen. Encore faut-il se préoccuper d'abord des besoins des populations concernées. Admettre qu'un régime élu même s'il ne nous convient pas a infiniment plus de légitimité que certains régimes avec lesquels nous pratiquons la politique de la carpette et que pour donner des leçons il est conseillé d'avoir les cuisses propres ; au sens figuré bien entendu.
avatar
j-luc

Nombre de messages : 72
Age : 60
Emploi/loisirs : consultant formateur en ressources humaines.
Date d'inscription : 14/05/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

@t-34_85

Message  emarcel le Jeu 28 Aoû - 0:38:29

il est certain que lorsqu'on ne cherche pas à connaitre, on ne comprends pas et... on s'en méfit. Pourtant, du côté russe, de Pierre Le Grand à Catherine II, on a cherché à se rapprocher de l'Europe, surtout de la France. N'oublions pas que Saint Petersburg a été en grande partie construite par des architectes français. Mais mis à part une démarche purement économique, l'Europe n'a jamais cherché à se rapprocher. Pour ma part, je pense qu'il ne faut pas opposer la Russie et les Etats-Unis parce qu'ils sont complémentaires au moment où de grands dangers se précisent à travers le monde. Il faut que l'Union européenne cesse (je suis d'accord avec Kiss) soigne son incontinence et commence à réfléchir à son avenir (et s'il en a encore un).
avatar
emarcel

Nombre de messages : 38
Age : 46
Date d'inscription : 09/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

un commentaire pour la diplomatie de la carpette qui veut pour cet article aussi

Message  henri88 le Jeu 28 Aoû - 11:47:02

Sarkozy est bien obligé de suivre la stratégie de la carpette, comme vous la nommez. Que pourrait-il faire d'autre. L'Europe n'est qu'une puissance économique (mais en déclin) et n'a ni de force diplomatique ni de force militaire pour peser dans les débats, que ce soit au titre de l'Union européenne où trop de pays on peur de leur ombre, ni au titre individuel faute de moyen. S'alligner sur les Etats-Unis peut être une solution à courte vue. Elle a toujours des tentations isolationnistes que traduit de plus en plus Barak Obama, par exemple. Alors, au lieu de défier sans arrêt Moscou depuis 1992, avec un élargissement mal maitrisé à l'Est de l'UE et de l'OTAN, il faudrait peut-être penser que non seulement la Russie est un pays européen (puisque euro-asiatique) mais que nous avons besoin de son énergie. Alors, en attendant que des décisions cohérentes se prennent à la Commission et dans les chacelleries et autres lieux de gouvernement, ce n'est pas seulement Sarkozy qui doit suivre la diplomatie de la carpette, mais tous les gouvernements européens. Et il est fort à craindre que cela ne dure encore bien longtemps. De plus, quand, au nom de l'Union, Sarkozy se mèle du problème géorgien, on lui dit quasiment d'aller jouer ailleurs. Encore un preuve s'il en est une.

henri88
Invité


Revenir en haut Aller en bas

MDR

Message  bebert le Dim 31 Aoû - 23:33:57

MDR ! L'Union européenne qui veut se méler des conflits gelés dans l'ex-Union soviétique alors qu'elle n'est pas capable de régler ses propres problèmes ! On aura absolument tout entendu de la Commission européenne. Et puis, cette tehnocratie débile, elle veut se méler de ce qui ne la regarde absolument pas, mais ne veut surtout pas que les citoyens de l'Union ne s'occupe de... ses affaires. L'Union devient, peu à peu, une tragicomédie.

bebert
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Quest-ce qu'ils peuvent dire...

Message  jean françois le Lun 1 Sep - 18:51:59

Qu'est-ce qu'ils peuvent dire comme conneries à la Commission ! S'en devient abolument pathétique. Les russes feront, sur le court ou le moyen terme, absolument ce qu'ils veulent. L'Union européenne est nulle part diplomatiquement et militairement, les USA sont mobilisés en Irak et en AFghanistan. L'affaire est cuite. Dans le long terme, il faudra voir si l'économie russe pourrait s'arranger avec une guerre froide. peut-être, si la Russie et la Chine trouvent leurs intérêts à un partenariat économique et diplomatique.
avatar
jean françois

Nombre de messages : 89
Age : 29
Date d'inscription : 09/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'UE veut participer au règlement des Conflits dans l'espace postsoviétique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum