DE LA SOUL, PIONNIER DU RAP FESTIF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DE LA SOUL, PIONNIER DU RAP FESTIF

Message  misterwalsh le Jeu 24 Juil - 22:32:11



De La Soul, pionnier du rap festif

Ce groupe de Rap est né vers la fin des années 80, durant ce que l’on appelle «l’âge d’or» du hip hop. Il s’inscrit dans une mouvance qui se démarque radicalement du Gangsta Rap, qui se développe à la même période, et sera plutôt empreint de positivité et d’influence musicale jazz, soul et funk, consolidant l’héritage transmis par les «anciens».

Le trio prend forme au Lycée d’Amityville à Long Island, New York, au début des années 80. C’est là que Kelvin Mercer (alias "Posdanous") et David Jude (alias "Trugoy the Dove"), deux potes d’enfance, font la connaissance de Vincent Mason (alias "Pasemaster Mase"), leur futur DJ et producteur. Grâce aux relations de ce dernier, le groupe se rapproche de Paul Huston (alias "Prince Paul"), le DJ des Stetsasonic, un des premier groupe de rap underground à utiliser un orchestre symphonique durant leurs performances live et en studio.

Prince Paul prendra le trio sous son aile et produira leur premier single "Plug Tunin’" en 1988. C’est aussi lui qui produira leur premier album "3 Feet High and Rising" l’année suivante, dont la pochette reste connue pour son côté flower power avec les trois artistes posant avec des coiffures déjantées. De La Soul est né.

A ses débuts, la musicalité du trio est tout aussi délirante que leur style, empruntant des samples à la pop, à la folk, au jazz, et créant un univers inédit dans l’industrie émmergeante du rap. Le premier album est totalement psychédelique, joyeux et festif. Il reste à ce jour inclassable. Les lyrics revendiquent aussi cet esprit virvoltant ; ils abordent avec humour et auto-dérision des thèmes à mille lieux des rues du ghetto. Enfin, ils se démarquent définitivement de toutes conventions et codes du rap en arborant des chemises à fleurs et des pantalons colorés.

Leur succès est immense et devient rapidement de renomée internationale, avec des single comme "Say No Go", "Me Myself & I" ou encore "Buddy". C’est aussi à ce moment qu’ils reçoivent la reconnaissance de leur pairs issu de la mouvance alternative du rap. Ils intègrent la Zulu Nation et le collectif des Native Tongues, deux entités légendaires du hip hop regroupant plusieurs groupes de rap représentant la face positive de celui-ci, celle qui promeut les valeurs de solidarité au sein de la communauté black des Etats-Unis et qui cherche à renouer avec les racines culturelles ancestrales africaines. De La Soul devient, au côté de groupes comme Jungle Brothers, A Tribe Called Quest, Black Sheep ou encore Brand Nubian, l’ambassadeur des Native Tongues et de cet esprit optimiste.

Un peu dépassé par l’image de néo-hippies qui commence sérieusement à entamer leur réputation, le groupe tente de rompre avec cette image et sort en 1991 un deuxième album plus mature et en rupture par rapport à leur image de joyeux lurons du précédant opus: l’album s’intitule "De La Soul is Dead" et la pochette représente un pot de fleur tombé par terre. Bien qu’il soit considéré pour beaucoup comme le meilleur album du groupe, les ventes sont assez déceventes lors de sa sortie. Le style musicale, lui, reste fidèle à l’esprit festif et fantaisiste qui caractérise De La Soul, avec des méga-tubes comme "Ring Ring", "Saterdays" ou "Keepin’ the Faith".

Un troisième album, "Buhloone Minstate", sort en 1993 et tourne définitivement la page de leur univers Peace & Love. Les sonorités changent, le style évolue vers un son plus jazzy, et les J.B. Horns (la section cuivre de James Brown) participent à la confection de l’album. Malgré l’originalité indéniable de cet album, les ventes seront une fois de plus assez faibles. Leur quatrième album (sorti en 1996), "Stakes is High", s’inscrit dans cette continuité. Les thèmes abordés sont plus sérieux et on découvre un De La Soul plus revendicatif. Au niveau musical, le trio s’oriente vers un son beaucoup plus classique, ce qui n’empêche la production de quelques perles au niveau instrumental. Cette album permet aussi de lancer Mos Def, un rappeur « phare » de la nouvelle génération.

En 2000, De La Soul annonce la sortie d’un projet en triptyque: Art Official Intelligence (AOI), prévu de s’étaler sur trois ans approximativement. Le premier album de cette trilogie, "AOI: Mosaic Thumb", est une vraie réussite pour leur come back très attendu par les fans. Le second album, "AOI: Bionix", sortira l’anée suivante. Le troisième volet de la série ne verra jamais le jour à cause de difficultés survenues avec leur label de toujours, Tommy Boy Records. Ils mettront d’ailleurs fin à l’aventure Tommy Boy et signeront chez Sanctuary Records, sous lequel ils sortiront leur dernier album en date (2004), "The Grind Date".

Depuis, De La Soul n’a plus enchaîné que des collaborations, dont le fameux tube "Feel Good Inc" de Gorillaz en 2005. Ils n’ont actuellement aucun projet d’album à venir et les problèmes de santé récurrents du DJ Vincent Mason ne présage pas d’une grande productivité pour le futur du groupe, si ce n’est leurs performances live. On retiendra d’eux que, même s’ils ont fortement évolué musicalement durant leurs carrières (surtout à partir d’AOI), l’approche humoristique et positive dans leurs lyrics est restée une marque de fabrique.

misterwalsh
Admin

Nombre de messages : 20
Age : 35
Date d'inscription : 14/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum