Les relations diplomatiques Sino-russes (Part 1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les relations diplomatiques Sino-russes (Part 1)

Message  misterwalsh le Dim 3 Aoû - 13:52:04



Brève rétrospective des relations sino-russes durant la période communiste


Quand on se penche rétrospectivement sur les relations entretenues par la Russie et la Chine depuis la création de la République populaire chinoise, le premier octobre 1949, jusqu’ à l’effondrement de la Russie soviétique en 1991, on constate une tendance fragile et oscillante, qui démarre par l’établissement d’une alliance prometteuse, ensuite vers une période de détérioration critique des relations suivie finalement d’une période de réconciliation.

L’URSS est le premier pays à reconnaître la Chine nouvelle lorsqu’il annonce, le lendemain de la fondation de la République populaire de Chine (RPC), la reconnaissance officielle du nouvel Etat. Quelques jours plus tard, le 10 octobre 1949, le premier ambassadeur soviétique arrive à Pékin. L’enjeu diplomatique est de taille car, dans le contexte de l’époque, une solide alliance sino-soviétique était synonyme d’accroissement de la puissance du socialisme et, de surcroît, une modification de l’équilibre des forces dans le monde.

En février 1950 est signé le traité sino-soviétique d’alliance amicale et d’assistance mutuelle qui allait remplacer un autre traité datant d’août 1945 entre l’URSS et le Guomindang. Le nouveau traité comportait une concession de la part de Staline qui s’engageait à renoncer à la position avantageuse de l’URSS sur les ports de Lushun et Dalian (dans le nord-est de la Chine) à partir de 1953, ainsi qu’au transfert à la Chine des droits sur la ligne de chemin de fer de Changchun.

De manière générale, Staline se serait montré bien disposé à l’égard de la Chine tout au long de la période stalinienne. Il accepta face à Mao Zedong de révoquer le traité sino-soviétique de 1945 et d’en signer un nouveau, qui non seulement respecterait la souveraineté de la Chine mais aussi garantirait sa sécurité. Soutenant la Chine dans l’affaire de Taiwan et mettant à disposition une partie de l’aviation soviétique pour protéger Shanghai contre la menace de Jiang Jieshi, l’URSS promit aussi des aides économiques en implantant des grosses entreprises industrielles pour doter la Chine d’une base industrielle solide.

Les relations commencèrent à s’envenimer en 1958 (cinq ans après la mort de Staline) lorsque l’URSS, dont la position internationale s’était renforcée, décida de consolider son rôle dominant dans le camp socialiste et d’intégrer les économies et les forces armées des autres pays socialistes. La Chine refusa de participer à ce nouveau mécanisme.

De nombreuses divergeances entre Khrouchtchev et Mao Zedong, ainsi que l’opposition russe à la politique intérieure et étrangère de la Chine (notamment sur la question de Taiwan, du Tibet et de la frontière sino-indienne) amenèrent la décision de Khrouchtchev, en juillet 1960, de suspendre son aide technique et de rapatrier tous les experts soviétiques en mission en Chine, ce qui provoqua l’interruption de nombreux projets et perturba gravement l’économie chinoise. S’ensuit une période de pression militaire soviétique le long des frontières sino-russes qui aboutira jusqu’à un conflit territorial pour la domination de l’île de Zhenbao, à la frontière de la Sibérie et du nord-est chinois, en mars 1969.

Les années immédiatement postérieures à cette période de crise furent caractérisées par un relatif retour à la stabilité. Dés 1969, le premier ministre Zhou Enlai s’attacha à rétablir les relations commerciales et diplomatiques de la Chine avec le reste du monde.

Au début des années 80, l’URSS se trouvant confronté à de graves difficultés économiques, politiques et diplomatiques lors de son intervention en Afghanistan, se mit à songer à un rapprochement avec la Chine. En août 1982, le ministère chinois des affaires étrangères envoya une délégation en URSS. Après des discussions approffondies, les deux pays décidèrent que des consultations politiques fréquentes seraient menées pour la normalisation des relations sino-russe. Malgré des progrès considérables dans les domaines du commerce, de la technologie, des sciences, de la culture et des sports, les problèmes de fond restèrent sans solution.

La Chine proposait de supprimer trois obstacles majeurs dans les relations sino-soviétiques : premièrement l’URSS devait réduire ses troupes stationnées le long de la frontière sino-soviétique au niveau d’avant 1964 et retirer complétement ses forces de Mongolie ; deuxièmement, les troupes soviétiques devaient quitter l’Afghanistan ; troisièmement, l’URSS devait persuader le Vietnam de se retirer du Cambodge. Mais l’URSS refusa de discuter de ces problèmes prétextant que les consultations entre les deux pays ne pouvaient inclure un pays tiers.

Ce n’est qu’en juillet 1986, un an après l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev, que les relations de bon voisinage, d’amitié et de coopération entre la Russie et la Chine se concrétisent, à la suite d’un discours de ce dernier à Vladivostok. Il accepta de retracer la frontière le long du Heilongjiang, annonça le retrait progressif des troupes soviétiques en Afghanistan et déclara qu’il discuterait avec la Mongolie du retrait des forces soviétiques stationnées dans ce pays.

Les relations sino-soviétiques désormais revenues à la normale, une déclaration conjointe des deux pays allait affirmer le développement de leurs relations sur la base des cinq principes de la coexistence pacifique; à savoir le respect mutuel pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de chaque pays, la non-agréssion, la non-ingérence dans les affaires intérieures, l’égalité et les avantages réciproques, et enfin la coexistence pacifique, jetant les bases pour une relation stable entre les deux pays.

misterwalsh
Admin

Nombre de messages : 20
Age : 35
Date d'inscription : 14/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum