Mo Shaoping, l'avocat des dissidents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mo Shaoping, l'avocat des dissidents

Message  jimmyolsen le Ven 22 Aoû - 14:50:56




Mo Shaoping
La plupart de ses clients ont été emprisonnés ou forcés à l'exil, pour avoir milité en faveur de la démocratie ou accusé des hommes politiques haut placés de corruption. Mais Mo Shaoping ne se laisse pas impressionner.
"C'est assez simple. Je défends ces personnes parce que beaucoup d'avocats refusent de prendre des affaires sensibles ou qui ont trait aux droits de l'Homme. Et en Chine, tout le monde a droit à un avocat, quel que soit le crime", explique-t-il.
Mais l'autre puissant moteur pour l'avocat, c'est évidemment qu'il partage la volonté de beaucoup de ses clients de transformer le pays en une démocratie régie par des lois.
"L'histoire jugera mes clients différemment, elle montrera qu'ils avaient raison", dit Mo Shaoping, front dégarni et lunettes strictes.
Interrogé sur ses sources d'inspiration, il cite le Sud-Africain Nelson Mandela et le Sud-Coréen Kim Dae-jung, incarcérés pour leurs opinions politiques avant de devenir prix Nobel et présidents de leurs pays.
La liste de ses clients compte les dissidents les plus emblématiques, comme le leader du mouvemement de Tiananmen en 1989 Liu Xiaobo, le fondateur du parti interdit de la Démocratie en Chine Xu Wenli ou encore Zhao Yan, ancien collaborateur du New York Times.
Tous ont été condamnés. M. Xu a été exilé après sa sortie de prison. Liu, qui multiplie les séjours en prison depuis une vingtaine d'années, reste sous résidence surveillée.
L'avocat défend aussi le mouvement spirituel Falungong, interdit en Chine, et des milliers de gens qui ont porté plainte en nom collectif après avoir été expulsés de chez eux et relogés contre leur gré.
Mo Shaoping a subi pressions, menaces, mises en gardes, mais il tient bon.
Ces dernières semaines, son bureau a pris en charge plusieurs opposants interpellés en amont des jeux Olympiques, notamment deux de ses confrères, Gao Zhisheng et Ni Yulan, et un célèbre cyber-dissident, Huang Qi.
Les droits de l'Homme et la propriété privée sont davantage protégés au niveau constitutionnel ces dernières années, souligne l'avocat, mais ces efforts restent bien loin du compte, selon lui.
Certaines lois doivent être amendées pour intégrer des définitions précises de droits de l'Homme élémentaires, comme la liberté d'expression et de la presse, plaide-t-il. "Dans le droit pénal chinois, il n'existe pas d'explication claire sur ce qui distingue la liberté d'expression de l'incitation à la contestation", illustre l'avocat.
La Chine condamne encore bien trop d'opposants politiques par le biais de lois vagues sur les notions de contestation et de révélation des secrets d'Etat, dit-il.
Et les modifications de la Constitution n'ont pas empêché depuis la police de "soutirer des confessions grâce à la torture", dit-il, affirmant que la police ne respecte pas le droit des suspects de garder le silence et d'être représentés par un avocat.
M. Mo reste pessimiste sur l'éventualité que le pouvoir renonce un jour à contrôler le système judiciaire. "Ce système n'est pas indépendant, il est là pour souligner que le parti (communiste) est aux commandes".
avatar
jimmyolsen
Admin

Nombre de messages : 391
Date d'inscription : 23/04/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum