Crise géorgienne : la Transnistrie veut à son tour sa reconnaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Crise géorgienne : la Transnistrie veut à son tour sa reconnaissance

Message  jimmyolsen le Sam 23 Aoû - 21:58:41



Le Président de cette « République » autoproclamée, Igor Smirnov, prévient l’Europe qu’elle perdra « tranquillité et paix » si elle s’entête dans son refus de reconnaître l’indépendance de la Transnistrie. Pour lui, l’hypothèse d’un retour des chars moldaves sur son territoire reste d’actualité après les récentes incursions des forces géorgiennes en Ossétie du Sud et en Abkhazie qui ont conduit à une guerre ouverte entre Tbilissi et Moscou. Comme l’Ossétie, la Transnistrie compte sur le soutien russe.

« Si l’Europe veut vraiment la paix et le calme, il ne faut plus qu’elle hésite à reconnaître notre indépendance », a déclaré Igor Smirnov, mercredi 13 août, dans une allocution à la population trantrisnistrienne.
Le « Shérif de Tiraspol » a rappelé que, lors du référendum de 2006, son peuple avait voté en faveur « d’un État indépendant » souhaitant se développer « aux côtés de la Russie ». Un souhait qu’avaient également exprimé les Ossètes et les Abkhazes.
Pour lui, le régime démocrate géorgien de Mikheïl Saakachvili et celui du communiste moldave Vladimir Voronin utilisent la même logique, et partout le même scénario est mis en place.
« Par le passé, nous avons fait confiance aux autorités moldaves et cru en leurs efforts pour faire la paix, nous leur avons ouvert des voix d’accès à la ville de Tighina [1] mais, dès le deuxième jour, leurs chars d’assauts sont entrés dans la ville », a-t-il raconté. « La Géorgie avait, elle aussi, promis qu’elle s’assiérait à la table des négociations, déployant le jour-même toute son artillerie. Ce n’est pas un hasard si, ces derniers temps, nous n’entendons aucune déclaration du président Voronin. »
La Transnistrie solidaire du peuple ossète
Décrétant que le 14 août serait un jour de deuil en Transnistrie en l’honneur des victimes d’Ossétie du Sud, le leader séparatiste a par ailleurs affirmé que « l’agression lancée par les nationalistes géorgiens, avec la bénédiction de leurs maîtres occidentaux, était d’une monstrueuse sauvagerie. »
« Si les normes européennes s’appuient sur ce genre de démocratie, alors cela prouve le bien fondé des choix opérés en Abkhazie, en Ossétie et en Transnistrie sur la route de l’étatisation », a-t-il estimé. « Cette étatisation et l’indépendance de nos pays garantiront la sécurité et le développement de nos peuples ».
« L’indépendance ne doit pas s’obtenir en versant le sang d’hommes pacifiques », a lancé Igor Smirnov, précisant que son pays soutenait la proposition de Moscou consistant à convoquer un tribunal international contre les « fascistes Géorgiens », « mais un tribunal autre que celui de La Haye qui opère des choix politiques à la fois pour les bourreaux et les victimes. »
« L’indépendance, elle est déterminée par la volonté du peuple, par sa puissance économique et par le respect des droits et des libertés civiques. Comme l’Abkhazie et la Géorgie du Sud, nous disposons de toutes ces choses. Ensemble nous marcheront sur la voie qui nous permettra d’atteindre nos objectifs. »
Igor Smirnov a ajouté, qu’à son tour, il était prêt à apporter les documents faisant la preuve des « crimes fascistes commis par la Moldavie » sur le territoire transnistrien pendant la guerre civile. Des crimes qui auraient été attestés par un tribunal moscovite pendant l’été 1993.
[1] Tighina, également appelée Bender par les russophones, est la deuxième ville de Transnistrie
avatar
jimmyolsen
Admin

Nombre de messages : 391
Date d'inscription : 23/04/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

et ensuite ?

Message  emarcel le Jeu 28 Aoû - 0:41:28

Il est clair que l'Union européenne va payer très cher le Kosovo. Il y a la Géorgie et les deux provinces séparatistes qui viennent d'être reconnu par Moscou, il y a la Transnistrie russophone (en conflit elle aussi depuis 1992 et a sur son territoire des troupes russes), et il y aura ultérieurement l'Ukraine russophone de l'est du pays qui suit un processus identique à la géorgienne. mais est-ce bien tout ? Je pense que nous reparlerons tôt ou tard des Etats baltes et de leurs énormes minorités russophones.
avatar
emarcel

Nombre de messages : 38
Age : 46
Date d'inscription : 09/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

normal

Message  marco le Jeu 18 Sep - 14:02:16

C'est ce qu'on appelle l'effet de domino. Les revendications vont se multiplier en cercles concentriques au bénéfice, espérons-le, de bons nombres de peuples qui réclament de vivre selon leur bon vouloir sur leur territoire.

marco
Invité


Revenir en haut Aller en bas

okay

Message  Corneliu le Mar 23 Sep - 14:19:57

Qu'elle l'admette son indépendance la Transnistrie,il y a déjà les frontières,le gouvernement,la mentalité (différente de celle des moldaves,ultra communiste et nationaliste) et le rejet des moldaves de cette région...Le seul hic c'est que ça va faire mal à l'économie Moldave pendant un temps.Mais bon vu que celle ci se base que sur l'agriculture,les fonds des ressortissants et les investissements étrangers,ça sera pas trop mal.

Corneliu
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise géorgienne : la Transnistrie veut à son tour sa reconnaissance

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum