PRESENTATION DU CHAMPIONNAT DE FRANCE DE RUGBY Vol 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PRESENTATION DU CHAMPIONNAT DE FRANCE DE RUGBY Vol 3

Message  jimmyolsen le Mer 27 Aoû - 16:20:08



Présentation: Toulon
Le champion de France de Pro D2 est attendu avec impatience à l'étage supérieur. Avec un budget de 14 millions d'euros et un recrutement international, le RC Toulon ne sera pas un promu comme un autre. Les premiers matchs amicaux ont confirmé que le « ercété » devrait animer le championnat. La courte défaite face aux champions de France toulousains (19-12) prouve que les Varois ne connaîtront pas le même chemin de croix que lors de leur dernière saison en première division (2005-2006) où ils n'avaient remporté que trois rencontres.
Malgré un budget conséquent, le président Mourad Boudjellal veut rester prudent et il considère le maintien comme l'objectif principal du club. La saison sera important pour pérenniser le club au plus haut niveau et viser des objectifs plus ambitieux. "Si on se maintient, plus rien ne sera impossible", déclarait Mourad Boudjellal à Midi Olympique le 14 août.
Le troisième ligne néo-zélandais Jerry Collins est une star internationale. Champion du monde junior en 1999 et vainqueur à quatre reprises du tournoi des Tri Nations (2003, 2005, 2006, 2007), il compte 48 sélections chez les All Blacks avec lesquels il a disputé deux Coupes du monde. Fidèle aux Hurricanes de Wellington depuis 2000, il a décidé à 27 ans de rejoindre son cousin Tana Umaga à Toulon.
La venue de la star du rugby à XIII à Toulon a été le feuilleton de l'été. Tous les problèmes administratifs et judiciaires étant réglés, Sonny Bill Williams va pourvoir aborder sereinement son apprentissage du rugby à XV. Annoncé comme une attraction du championnat, il devrait être positionné à l'ailer par Tana Umaga.
Auteur d'une saison exceptionnelle, le troisième ligne sud-africain a décidé de rentrer dans son pays pour tenter de décrocher une sélection en équipe nationale. A 29 ans, il ne voulait pas passer à côté de cette dernière chance de rejoindre les Springboks. Son départ sera toutefois compensé par l'arrivée d'un autre Sud-Africain : l'international Joe Van Niekerk.

Présentation : Dax
Pour certains, Dax n'avait plus sa place en Top 14. 13e et donc condamné au Pro D2 à l'issue du dernier exercice, l'USD a bénéficié de la rélégation financière d'Albi. Un maintien sur tapis vert qui a fait grincer des dents, notamment lors de la dernière journée de championnat la saison dernière quand elle encaissait 95-7 à Clermont. Les Landais auront donc à coeur de prouver qu'ils méritent de disputer le Top 14, dès la reprise du championnat le 26 août à domicile contre le Stade français. C'est mal parti pourtant, puisqu'ils restent sur trois défaites en autant de matchs amicaux (à Montauban 18-32, à Tarbes 19-21 et contre les Wasps 3-13). Mais la dernière sortie contre les Anglais laisse de l'espoir car l'équipe a montré qu'elle montait en puissance.
Afin qu'il n'y ait plus d'ambiguïté, les Dacquois ont pour seul et unique objectif de se maintenir sportivement. "Nous avons une deuxième chance qu'il ne faut pas galvauder", assène ainsi le président Gilbert Ponteins. Pour cela, le club a augmenté son budget d'un millions d'euros (il reste toutefois l'avant-dernier budget du championnat avec 7,5 millions d'euros) et il compte sur l'expérience emmagasinée l'an passé. Il compte sur son groupe aussi, peu remanié et très soudé, pour faire la différence, ainsi que sur l'apport de quelques recrues, à l'image de l'ouvreur et buteur Maxime Petitjean.
Difficile de dégager une individualité d'une équipe aussi homogène. Le troisième ligne aile Matthieu Lièvremont semble au-dessus du lot toutefois au retour d'une tournée en Australie où il fut l'un des seuls Bleus à tirer son épingle du jeu. Plaqueur infatigable, omniprésent, travailleur de l'ombre, l'ancien Agenais est un atout très précieux du groupe dacquois. Son intelligence de jeu et son expérience en font un élément indispensable.
Opéré des adducteurs, il avait manqué la quasi-totalité de la saison dernière. Un coup dur pour les Dacquois, qui comptaient notamment sur la précision de son jeu au pied. "Le manque d'un demi d'ouverture d'envergure nous a été fatal", avouait le président Gilbert Ponteins il y a quelques jours. Le bon retour de l'ancien Montois à la fin de la saison a montré qu'il est un élément important du système de jeu landais. Mais le deuxième réalisateur du Pro D2 2006 doit confirmer cette saison les attentes qui sont placées en lui. La concurrence au poste avec un autre buteur réputé, l'ancien Briviste Maxime Petitjean, devrait lui permettre d'élever encore son niveau de jeu.
Sa complémentarité en troisième ligne avec son frère Matthieu était un atout indéniable pour le XV dacquois. Son influence aussi, de même que son expérience et son omniprésence dans le jeu. C'est sûr, Thomas Lièvremont manquera sur le terrain. Mais il a très vite pris ses repères dans son nouveau rôle d'entraîneur. Une reconversion logique pour le leader qu'il était sur le pré.
Présentation : Brive
Après une saison dernière moribonde et un maintien assuré tardivement, le club a décidé de se donner les moyens de jouer le haut de tableau. Au point de se présenter comme un épouvantail, voire un sérieux outsider, du Top 14. C'est ainsi que de nombreuses recrues ont débarqué à l'intersaison. Dont beaucoup d'étrangers, Brive étant l'équipe qui en compte le plus dans son effectif (24 au total). Malgré un stage axé sur la communication en Irlande, les Corréziens auront certainement besoin d'une période d'adaptation pour trouver une cohésion et un collectif performant. Comme en témoignent leurs deux premières rencontres amicles : victoire difficile contre l'Union Bordeaux-Bègles (26-15) et match nul face à Montauban (9-9).
Le Président Derichebourg a mis la main à la poche pour recruter des joueurs de qualité et renforcer l'équipe. Du coup, il a en retour fixé des ambitions élevées mais claires à son staff technique : à savoir une place parmi les six premiers du Top 14. Et donc une qualification pour la prochaine H Cup. Les Corréziens devraient être vite fixés sur leur capacité à tenir les objectifs visés. En effet, lors des quatre premières journées, ils se déplaceront à Perpignan, Toulon et Biarritz, et recevront Castres. Brive affiche également quelques ambitions en Challenge européen. Compétition dans laquelle le club souhaite réaliser un bon parcours, et, pourquoi pas, aller au bout.
Depuis le départ d'Alain Penaud, Brive recherchait un ouvreur de renom. Après les expériences décevantes de Tim Donnelly ou de Benjamin Dambielle, le club a décidé de sortir les grands moyens. Il a ainsi attiré dans ses rangs l'international anglais de Leiceister, Andy Goode. Performant au pied, reconnu pour sa gestion du jeu, il est attendu comme le messie sur les bords de la Corrèze. Il sera en concurrence avec Luciano Orquera qui sort d'une saison convaincante. Mais si le Britannique joue à son niveau, il sera logiquement le titulaire du poste et le leader de la ligne d'arrières. Son expérience et son talent devraient être précieux.
Récemment élu meilleur troisième ligne aile de la revue de l'élite de Midi Olympique pour la saison dernière, Gerhard Vosloo est assurément un des gros coups réalisés par Brive sur le marché des transferts. Impressionnant depuis deux ans avec Castres, le Sud-Africain a décidé de rejoindre son ancien entraîneur, Laurent Seigne. Pour le plus grand bonheur des supporters brivistes qui comptent sur sa puissance pour élever le niveau de jeu de leur équipe. Redoutable défenseur, travailleur infatigable et combattant hors pair, il aura, en tout cas, à coeur de confirmer ses prestations sous le maillot tarnais.
Bien sûr, c'est le club corrézien qui a décidé de se passer des services d'Olivier Magne. Mais reste tout de même à savoir comment son départ sera digéré. Celui qui avait mis un terme à sa carrière de joueur au soir de la deuxième journée l'an passée pour devenir entraîneur après un départ catastrophique de Brive a pleinement réussi sa mission. Non seulement le club est parvenu à se maintenir mais il a retrouvé des couleurs en fin de saison en battant notamment Toulouse et Paris. Tout le monde le savait également très apprécié des joueurs. Voilà pourquoi son éviction a été une véritable surprise. Repartir avec un nouveau staff (dont Christophe Laussucq qui connaîtra sa première expérience comme entraîneur) est toujours délicat. Surtout si l'ombre d'Olivier Magne plane sur le Stade Amédée Domenech.
Présentation: Bourgoin
Après une saison en-deçà des espérances, Bourgoin attaque l'exercice 2008-2009 avec un esprit de revanche certain. Le club isérois a réussi à conserver ses meilleurs jeunes (Parra, David) et n'a connu que peu de mouvements à l'intersaison. Pourtant, malgré un groupe qui se connaît déjà bien, les matchs amicaux ont été difficiles pour les hommes d'Eric Catinot et Xavier Péméja puisqu'ils se sont inclinés face à Montauban (24-7) avant de faire match nul face à Grenoble (3-3) et de remporter enfin leur première victoire face à Bourg-en-Bresse (35-6). La première journée de championnat, avec un déplacement à Biarritz, s'annonce compliquée.
Bourgoin était un habitué des phases finales et de la Coupe d'Europe mais la saison dernière a été cruelle avec une descente à la 10ème place du Top 14. L'objectif du CSBJ sera donc de retrouver l'Europe avec un groupe qui pourra compter sur ses jeunes internationaux mais aussi sur l'expérience de Benjamin Boyet qui a décidé de rester fidèle au club. L'arrivée de Xavier Péméja aux côtés d'Eric Catinot devrait aussi apporter un plus.
Figure emblématique du paquet d'avants berjallien, le pilier international Olivier Milloud, blessé la saison dernière, a beaucoup manqué au CSBJ. Son expérience du haut niveau et de la mêlée fermée sont deux atouts indéniables. A Bourgoin depuis 1995, il est aussi le garant de l'esprit du club isérois. Malheureusement, le pilier aux 49 sélections est à nouveau blessé et il ne devrait pas revenir sur les terrains du Top 14 avant fin décembre.
A 20 ans, le trois-quart centre berjallien est déjà international. Ses qualités physiques et techniques sont indéniables et lui permettent d'évoluer en 12 ou en 13. Pièce maîtresse du CSBJ depuis la saison dernière, il doit devenir cette année un grand leader d'attaque, capable de faire la différence individuellement ou en attirant les défenseurs sur lui pour libérer ses partenaires.
Deuxième ligne solide et vaillant, le capitaine Julien Pierre a décidé d'aller tenter sa chance à Clermont-Ferrand avec l'espoir de décrocher un titre de champion de France. Ses six saisons en Isère ont été exemplaires et elles lui ont permis de décrocher deux sélections chez les Bleus pour affronter les All Blacks en juin 2007.
Présentation: Bayonne
L'Aviron bayonnais est un club ambitieux. Installé confortablement en milieu de tableau la saison dernière, le club basque veut maintenant se rapprocher des premières places et peut compter sur la présence d'Alain Afflelou à ses côtés. L'opticien nourrit de grandes ambitions et le recrutement le prouve.
Après s'être battus ces dernières saisons pour conserver leur place en Top 14, les Bayonnais veulent maintenant regarder un peu plus haut. Déjà, lors du dernier printemps, l'Aviron caressait l'espoir d'une qualification en Heineken Cup et il s'est donné les moyens pour arriver à cet objectif en mais prochain. Seul problème, la course à l'Europe s'annonce difficile vu le nombre de prétendants. Un risque de bouchon est à prévoir.
L'international Rémy Martin a décidé de quitter le Stade français pour tenter l'aventure bayonnaise. Avec 21 sélections, deux Tournois des 6 Nations et deux Brennus, le flanker doit apporter toute son expérience du très haut niveau. Le grand blond d'Aubenas doit devenir le leader de cette équipe. Il aura plus de responsabilités qu'à Paris mais c'est bien pour cela qu'il a décidé de signer à l'Aviron.
Rodney Blake est un gabarit hors norme venu des îles Tonga avec ses 130 kilos pour 1, 90 mètre. Surnomé "Rodzilla" à cause de ce physique impressionnant, ce pilier disputait jusqu'à maintenant le Super 14 avec la province des Queensland Reds et il est international australien. Bayonne tient là une poutre solide.
Caractère hors du commun, gagneur né, buteur précieux, Richard Dourthe a longtemps été le leader et le sauveur de l'Aviron bayonnais depuis son arrivée en 1995. Mais à 33 ans, l'international (58 sélections), a décidé de ranger ses crampons au placard. Une retraite que l'Aviron devra digérer même si Richard Dourthe reste au club comme manager sportif.
Présentation : Montpellier
Montpellier est en pleine progression depuis plusieurs saisons. Une progression qui a mené le club aux pieds de la prochaine H Cup. Il a en effet terminé 8e à seulement deux points de la qualification pour la Coupe d'Europe. Surtout, il est devenu un formidable fournisseur de jeunes talents et un véritable vivier pour l'équipe de France (Ouedraogo, Picamoles, Trinh-Duc ou Tomas). En misant sur la stabilité et en apportant de la vivacité dans sa ligne d'arrières, le Montpellier Hérault Rugby Club a prouvé qu'il voulait encore évoluer.
Quoi de plus légitime que de viser l'Europe quand on échoue si près d'une qualification ? D'ailleurs, Didier Nourault, l'entraîneur montpelliérain, nous confiait récemment : "Notre ambition est de faire mieux que la saison dernière", c'est-à-dire gagner son ticket pour la H Cup. C'est également l'objectif fixé par le président Thierry Pérez qui s'est donné les moyens d'y parvenir en effectuant un recrutement aussi judicieux qu'ambitieux. En tout cas, une chose est certaine : Montpellier est devenu une valeur sûre du Top 14.
81 sélections sous le maillot All Black : le CV de Justin Marshall est impressionnant. C'est le gros coup réalisé par Montpellier sur le marché des transferts. En attirant dans ses rangs ce demi de mêlée de classe internationale, le club a démontré qu'il avait de l'ambition. Alors qu'il évoluait l'an passé aux Ospreys, Marshall a débarqué en France pour apporter tout son talent et surtout son expérience. Il sera là pour encadrer et conseiller les jeunes frères Tomas. Car Julien, l'aîné, pourrait toutefois rester le titulaire du poste.
A l'image de son club, Louis Picamoles est en constante progression depuis maintenant deux saisons. A tel point qu'à seulement 22 ans, ce troisième ligne centre est tout simplement devenu une référence à son poste. Régulièrement appelé en équipe de France, il aura certainement à coeur de prouver qu'il est capable de définitivement s'imposer chez les Bleus. Cela passera par de grosses performances sous le maillot de Montpellier. Et ça tombe bien : son club aura besoin de sa puissance et sa technique pour atteindre ses objectifs.
Difficile de trouver des départs qui font mal dans un club marqué par le sceau de la stabilité. Mais celui d'Olivier Diomandé est tout de même loin d'être anecdotique. Car le talonneur qui, à 34 ans, a décidé de migrer vers le Racing-Métro était tout simplement le capitaine de la formation montpelliéraine. Un joueur de devoir et un leader hors pair qui a participé à plus de vingt matchs de Top 14 par saison depuis trois ans. La preuve de son importance dans le collectif héraultais. Reste à savoir maintenant comment son départ sera digéré.
avatar
jimmyolsen
Admin

Nombre de messages : 391
Date d'inscription : 23/04/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum