LA GAUCHE : LE GRAND TRAVAIL INACHEVE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA GAUCHE : LE GRAND TRAVAIL INACHEVE

Message  Farid le Lun 20 Oct - 23:26:43

Une « utopie » inachevée : la Gauche Une utopie imposée par certains aux travailleurs, aux affamés, aux sans-abris et on se demande que peut être cette « terminologie » vide, qui s’est appropriée la révolte et les mécontentements pour espérer une « rose » qui n’est pas rose du tout !!! Les travailleurs, les affamés, les ouvriers ont rêvé un monde sans classes, sans exploitation de l’homme par l’homme, un monde d’égalité, de sécurité, d’amitié, d’amour, de santé et de respect. Un monde où l’Argent, la Propriété et l’Echange ne puissent créer une atmosphère d’angoisse, de peur et de stress, enfin en paix ! un monde où l’homme puisse vivre en harmonie avec la nature, ce rêve est possible et réalisable mais pas avec utopie quelque soit la forme, comme la gauche ou la démocratie ou autre selon l’imagination pour donner un visage de « terre promise » sans penser que tous les phénomènes ont des règles, des lois et des données. Les « pleurnichards » de la nature qui remplissent des livres, des pages et des pages, des textes des tractes pour la promesse d’une utopie : la gauche !!! ils se rendent complices dans la destruction de la Nature ( volontaire ou involontaire ) pour justifier un « rêve » qui ne s’achèvera jamais mais l’homme, si !!! La gauche ne veut absolument pas dire disparité des classes, les malheureux, les affamés et cetera . elle ne donne même pas les « miette » pour faire rêver ou même résoudre le moindre problème quelque soit la promesse. Les travailleurs n’ont rien à perdre mais, vous, vous gagnez de l’argent sur leur dos, vous vous donnez « bonne conscience » en défendant les pauvres et les opprimés ! Vous balancez des mots et des phrases sans contenus, pas appropriés, ni claire, ni précis toujours vague et flous comme si on veut cacher la réalité, comme si la pensée communiste est dépassée et que l’on veut la remplacer par des incompréhensions. Les « Don Quichotte » modernes qui ont tout en leur possession ne veulent pas comprendre l’historique - logique de la société que cette dernière fonctionne avec des règles, des lois et des données, que c’est possible de fonctionner de façon scientifique telle que précisée dans le Manifeste de Communisme. Vous n’échapperez pas non plus aux malheurs de la société ni de la Nature et puis un coin libre et les autres en souffrance, un coin sans pollution et les autres très pollués, un coin avec toutes les possibilités et capacités et les autres dans un état désastreux ne peuvent fonctionner !!! Vous perdez votre temps avec les jeux des riches. Vous êtes maudits par les dieux (Règles, Lois et données). Vous êtes obligés de fonctionner de manière scientifique.

Farid
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GAUCHE : LE GRAND TRAVAIL INACHEVE

Message  Alotar le Mer 22 Oct - 12:45:06

Le sens de l’évolution humaine, c’est de se libérer du travail abrutissant. Mais quand les machines et les robots feront tout le travail abrutissant, qu’est-ce que les travailleurs vont faire de leurs journées ? Ils vont persévérer dans l’abrutissement (au moyen d’autre chose que le travail)?
avatar
Alotar

Nombre de messages : 24
Age : 100
Emploi/loisirs : kayak sur le danube
Date d'inscription : 29/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Melanchon et Dolez quittent le PS

Message  Ludwig le Sam 8 Nov - 20:25:16

Mélenchon et Dolez quittent le PS
BRAVO ! Tous mes respects à Mélanchon que j'ai toujours considéré et à Dolez. Courage, valeurs, convictions, et sans égo surdimensionné… ENFIN !!! J'ai 23ans et enfin l'espoir renaît pour moi. Enfin un mouvement dans lequel je pourrais vraiment m'engager !! Le PS est devenu un parti de droite. Salue, je voterai plus jamais pour ce parti en déliquescence totale. Le PCF s'est totalement renfermé sur lui-même. Il avait une occasion unique de renaître en étant un élément fondamental de la tentive d'union de la gauche antilibérale. Mais il a préféré saboter ce rassemblement et préfère s'allier avec les sociaux libéraux, les pro-capitalistes. Le NPA, initiative intéressante, mais rassembler autour de la LCR, ce n'est pas ce que j'attendais. Ils ont également saboté le processus unitaire (enfin tous mes respects aux 44% minoritaires favorables au processus unitaire. J'aurai voté pour eux en 2012 mais s'il y a une nouvelle force vraiment à gauche et écologiste, je prends ! Bref, merci Mélanchon, merci Dolez, on a maintenant du boulot !

Ludwig
Invité


Revenir en haut Aller en bas

je suis tout à fait d'accord avec le commentaire précédent

Message  madmax le Sam 8 Nov - 20:40:40

Dommage qu'ils quittent le PS au moment au B. Hamon y prend de l'importance : ils le privent de leur soutien. Si c'est pour créer un énième micro-parti de gauche c'est vouer à l'échec tout le mouvement anti-libéral pour ne pas dire anti-capitaliste… à quand un rassemblement des "miettes" en un seul parti "prolétarien" uni face à la vaste tribu des prédateurs, face à la secte des vampires capitalistes, plus ou moins libéraux, plus ou moins fanatiques du marché selon les circonstances politiques et selon la conjoncture économique qu'ils fabriquent, et dont ils sont entiérement responsables notamment quand elle débouche sur des crises ; : quand cessera-t-on de faire de l'économie-religion ? de la théologie des marchés ? quand verra-t-on les forces authentiquement de gauche se rassembler pour mettre fin à la gabegie de quelques uns à l'origine de toute la misère du monde ? J'ai un rêve, ou I have a dream comme on voudra : voir la gauche anti-capitaliste unir tous ses fragments et ainsi redonner espoir à tous ceux qui se fourvoient depuis 2002 notamment dans des votes qui visent à la quête illusoire d'un "homme providentiel", en frôlant parfois le pire !… Alors que la seule réponse possible à la mainmise "libérale" sur l'économie politique - y compris dans le PS - c'est l'union de tous ceux qui ont en commun un projet anti-capitaliste : on peut toujours discuter du reste après… n'est-ce pas ?

madmax
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le bordel au PS : son futur

Message  luchien: le Sam 8 Nov - 21:06:54

Le PS qui devient officiellement un parti de centre droit, une alliance avec Bayrou, un PCF en voie de radiation sur l'échiquier politique, que reste-t-il de la gauche Républicaine ? Rien ! Si, diront certains : le NPA ! Une organisation gauchiste, irresponsable, qui s'appuie sur les communautarismes destructeurs de la Laïcité, qui prône la contestation inutile et le grand soir permanent. Ça un parti de gauche responsable ? Eh bien ! Mélanchon rompt avec la sociale démocratie. Voilà un homme de gauche qui aurait sa place dans le Nouveau Parti de la Gauche Républicaine (ex PCF) qui reste à inventer et à créer ! Il aura sûrement des idées pour que "ça change" dans un parti où la direction faillie ne cherche plus depuis longtemps à enrichir "l'union des contraires" mais à durer… encore un peu ! A moins que JL Mélanchon ne choisisse d'aller "contester" au NPA, si le prochain Congrés du PCF s'enferme dans son erreur en trahissant le combat des hommes qui ont fait ce grand parti, en reconduisant un clan qui a mené au fiasco de la collaboration avec la sociale-démocratie, puis aux déroutes électorales qui ont suivi. Que c'est difficile de pratiquer la dialectique quand on en a perdu le mode d'emploi ! Pourtant, il faudra bien changer…ou disparaître !

luchien:
Invité


Revenir en haut Aller en bas

tirer les conclusions

Message  rex le Dim 9 Nov - 19:58:27

Il est grand temps de tirer tous les enseignements sur ce qui a conduit de la "gauche plurielle" à la "gauche plus rien"… De reniements en atermoiements de toutes sorte depuis vingt ans, nous avons ouvert l'espace au néo-libéralisme. Rappelons-nous le propos de Lionel Jospin lors des élections de 2002 : "mon programme n'est pas socialiste"… Alors qu'en début de sa législature, il a fait preuve de courage, notamment sur le front de l'emploi ; il a ensuite privatisé comme personne sous la pression de la 2ème gauche. Songez au silence actuel de la gauche "responsable" sur un dossier cardinal pour des millions de personnes comme la sécurité sociale ! Sans parler des services publics ou du code du travail. Osons comme nous l'avons fait en 2005 lors du référendum sur le traité constitutionnel européen. Les idées et les forces ne manquent pas ; par contre le courage fait défaut. Et les partis de gauche doivent s'interroger : sont-ils au service de la survie d'un appareil ? ou les défensurs d'une cause ?

rex
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GAUCHE : LE GRAND TRAVAIL INACHEVE

Message  Alotar le Mar 18 Nov - 13:18:17

Il faut espérer qu’on entrera enfin dans une très longue période de décroissance et d’appauvrissement. Car quel est le sens d’un enrichissement sans fin, d’une croissance infinie, ou d’une production-consommation de choses de plus en plus débiles en augmentation exponentielle ?
Il faudrait aussi que parallèlement il y ait une diminution du nombre d’humains sur terre. Sur ce plan il vaudrait d’ailleurs mieux privilégier la qualité à la quantité. Mais c’est là surtout le problème des pays pauvres qui ont une natalité exagérée à cause de l’aide des pays riches. Une grosse erreur que cette aide d’ailleurs largement détournée, transformée en armes, et sans effets. Il faudrait, au contraire, un changement radical dans le rapport des pays riches aux pays pauvres, en arrêtant de perpétuer cette pauvreté que l’ aide infantile des pays riches aux pays pauvres organise et qui empêche ces mêmes pays pauvres de sortir comme d’un état de minorité et de se prendre en charge par eux-mêmes. Que le tiers-monde cesse d’être le miroir de la vérité de l’Occident axé sur l’enrichissement.
Sinon…
Si on continue comme cela avec cette pensée unique des 3 Grâces* du plaisir, de l’épanouissement et de l’enrichissement, avec la surpopulation et l’entropie que cela implique, cela en appellera immanquablement à un conflit général pour tout détruire et remettre les compteurs à zéro.
Soit temporiser dans le juste milieu, soit chuter dans l’entropie dont le point culminant et final explosera en un nouveau big-bang .
(*) Euphrosyne ou le plaisir ; Aglaé ou l’épanouissement ; Thalie ou l’enrichissement. Mais il y a aussi le besoin plutôt que le plaisir; aussi l’effacement plutôt que l’épanouissement ; et aussi l’appauvrissement plutôt que l’enrichissement.


Dernière édition par Alotar le Sam 14 Fév - 11:57:25, édité 1 fois
avatar
Alotar

Nombre de messages : 24
Age : 100
Emploi/loisirs : kayak sur le danube
Date d'inscription : 29/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

les idéologies

Message  jeremyna le Mer 19 Nov - 10:08:41

Est-ce que la gauche, comme le libéralisme aujourd'hui, ne serait pas tout simplement la victime de la fin des idéologies ?

jeremyna
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le PS et sa crise interne

Message  chips le Sam 29 Nov - 13:27:18

Contrairement à ce que débitent en boucle des commentateurs paresseux et grégaires, le PS ne se meurt pas d’une querelle de personne ou d’une « guerre des chefs » ; il se meurt d’une aporie qu’il a couvée durant de longues années comme une mauvaise maladie et qui se déclare, foudroyante, à la manière d’une septicémie, au plus mauvais moment, à la faveur d‘un congrès qui pourrait bien (non immédiatement mais à terme) entrer dans l‘histoire comme un « Tours bis ». L’aporie, c’est l’idée, née autour de l’époque de la fin de l’URSS, qu’un parti pouvait continuer à se dire socialiste et continuer à prétendre gouverner tout en rejetant un socialisme revendiqué comme tel et tout en acceptant sans réserves de rallier le camp du capitalisme. C’est cette contradiction radicale entre d’une part une adhésion à des choix idéologiques, économiques, sociaux qui étaient en tous points ceux de la droite et d’autre part une action politique qui ne faisait plus que mimer le combat contre cette même droite dont le PS était devenu le clone, qui n’a pas résisté aux événements : d'abord, l’an passé, l’arrivée au pouvoir d’un génial démagogue qui s’est révélé capable de faire exploser le parti à la grenade en réussissant une manoeuvre de débauchage admirable, et surtout , cet automne, l'effondrement de ce modèle politico-économique au moment précis où le PS voulait s'y rallier encore plus officiellement. 4, 42 ou 102 voix d'écart entre Martine Aubry et Ségolène Royal, peu importe ; ce qui compte, c'est que le parti socialiste ne se remettra pas de cette perte de crédibilité ; non pas celle de fraudes dérisoires ici où là lors du vote, mais celle d'un parti qui est bien moins celui des éléphants que celui des autruches, ces gros volatiles qui courent mais ne s'envolent jamais et qui, dit-on, fuient le danger en se mettant la tête dans le sable.

chips
Invité


Revenir en haut Aller en bas

la gauche

Message  marxinet le Sam 29 Nov - 17:01:11

L’atmosphère de règlement de compte à gauche dans le contexte de crise mondiale que nous subissons me paraît tellement dérisoire que je n’arrive pas à trouver de mots assez forts pour faire part de mon désarroi. Que ce malaise gangrène le PCF pour lequel tant d’hommes et de femmes ont donné le meilleur d’eux même est intolérable. Il serait temps que chacun en son sein se ressaisisse car les valeurs que ce parti représente, sont plus que jamais d’actualité et sont, consciemment ou inconsciemment, partagées par une majorité de concitoyens. Je fais volontairement abstraction des accusations de ceux qui nous ont toujours combattu et qui ne cesseront jamais de vouloir nous faire partager les dérives de certains partis communistes. Cependant il serait temps de rappeler à nos détracteurs que ces dérives éminemment condamnables ne sauraient faire oublier ce que l’anticommunisme a coûté et coûte encore de conflits et de désastres dans le monde depuis que le socialisme et le communisme existent. A ce sujet il serait bon de souligner que l’anticommunisme n’est malheureusement pas le privilège de la droite. Si j’ai fait cette parenthèse c’est pour bien faire comprendre à ceux qui en douteraient que, quoique nous fassions ou disions sous quelque appellation ou sigle que ce soit, sera combattu par tous les tenants et défenseurs d’un système qui aujourd’hui plus qu’hier fait la démonstration de sa nocivité. Les changements que prônent malheureusement certains d’entre nous (de nom, de stratégie ou que sais-je encore) les camarades italiens en ont fait la triste expérience et qu’ils le veuillent ou non ils sont et resteront à jamais des tenants du communisme l’une des principales armes que « la classe ouvrière » s’est donnée pour combattre le capitalisme et ça, nos détracteurs ne le savent que trop bien. A propos de la classe ouvrière - vous pouvez lui donner un autre nom si cela vous chante - je voudrais rappeler ce que j’avais déjà écrit à ce sujet… Non seulement elle continue et continuera d’exister mais, au travers de la crise, elle s’étendra à toutes celles qui jusqu’à présent se croyaient protégées et désignées sous le vocable de classes moyennes. Certes, une partie de ces classes moyennes rejoindra naturellement la classe dirigeante dont elle partage les valeurs et les intérêts et on peut dire que la dérive actuelle du PS n’en est qu’un aspect et ce ne sont pas les dernières péripéties de leur congrès qui va changer la nature profonde de ce parti enfin mise à jour. Ma crainte, c’est de penser qu’à gauche certains continueront à subir ces illusions trop longtemps entretenues. Je cite : « il faut bousculer le PS pour ne pas le laisser dériver vers le social-libéralisme ». Cette dérive, elle est malheureusement irréversible et Mélanchon l’a bien compris. Ma seconde crainte et ce n’est pas la moindre, c’est de penser que notre congrès pourrait faire une démonstration tout aussi négative ce que nos concitoyens ne sauraient nous pardonner. Que nous le voulions ou non, c’est à nous et à nous seul d’apporter des solutions à cette crise historique du capitalisme. Certes nous n’y parviendront pas seul et, concernant les alliances que nous serons appeler à conclure, plus la crise s’accentuera, plus le contenu politique d’une gauche crédible pour changer véritablement et durablement les choses ira en se clarifiant tout en rendant ces alliances plus aisées, plus fiables mais surtout incontournables pour tous ceux qui se revendiquent de la vraie gauche au risque de se discréditer au yeux du peuple. Je me permets de reprendre ce qu’a écrit Miche dans le Forum humanité.fr : « Que ceux qui ont peur d’un affaiblissement du PCF dans ce combat se rassurent : Le PCF n’a jamais été aussi fort que lorsqu’il a porté les combats pour l’union (…) ».

marxinet
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et vite !

Message  Ben le Lun 1 Déc - 20:15:56

Une union de la gauche vite ! Caisses d'Epargne : 600 millions d’euros perdus. Les dirigeants retrouvent un poste dans la même institution ou dans un autre établissement bancaire. Deux poids et deux mesures. S’ils avaient été des salariés ordinaires, ils auraient été licenciés et obligés de pointer au chômage. Le gouvernement est satisfait de ces pseudo sanctions… C’est scandaleux ! On a des vrais coupables mais pas de vraie sanction. Ce gouvernement protège les nantis et se fait mener le bout du nez par la Finance privée. On voit bien que la concurrence entre les banques nous conduit au désastre ; malgré la crise toutes les banques continuent à spéculer ; évidemment si l’une d’entre elles gagne 600 millions d’euros, on en parle pas, pas de sanctions ; ce monde Financier est à vomir ; on voit bien que la concurrence entre banques privées nous mène au désastre et que les appels à la moralité et à l’éthique sont des illusions ; il faut nationaliser toutes les banques Françaises dans un seul pôle public a but non lucratif au service de l’économie.

Ben
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LA GAUCHE : LE GRAND TRAVAIL INACHEVE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum