Tourmente dans une usine Coca-Cola en Chine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tourmente dans une usine Coca-Cola en Chine

Message  thierry.F le Sam 29 Nov - 18:17:03



Aujourd'hui seules quatre ou cinq personnes s'affairent dans le département de distribution de l'usine de mise en bouteille Coca-Cola située dans le Guizhou, au Sud de la Chine. Il y a cinq mois, ils étaient une trentaine de plus.

En cause, un conflit entre les employés et leurs dirigeants survenu en avril dernier, suite à la mise en place de la nouvelle loi sur les contrats de travail.

Entrée en vigueur au début de l'année après plusieurs mois de débat, cette loi s'annonçait pourtant comme une révolution dans les usines chinoises.
Parmi ses avancées majeures, le pouvoir donné aux employés de faire respecter eux-même leurs droits - en d'autres mots, de poursuivre leurs employeurs sans passer par l'Etat - et l'obligation faite aux entreprises de signer des contrats à durée indéterminée avec leurs employés de plus de 10 ans.

Sauf qu'entre le texte et la réalité, un fossé demeure. "La nouvelle loi sur les contrats de travail prenait effet le 1er janvier 2008, raconte cette employée du département de distribution. Notre contrat expirait le 30 avril. Le 3 avril à 18h, ils nous ont convoqués et nous ont dit que notre travail allait être externalisé, que nous ne serions plus des employés de Coca-Cola."
Au terme de cet entretien, 10 employés ont vu leur contrat se terminer, une vingtaine d'autres ont quitté l'usine de leur propre fait. Leur salaire amputé de moitié, les travailleurs se sont plaints plusieurs fois auprès de leur employeur, avant que celui-ci ne publie une annonce en juillet parlant de mettre fin au contrat. "La main d'oeuvre n'a pas été employée depuis", poursuit l'employée.

Les salariés ont déposé une plainte auprès des autorités locales. Ils attendent toujours une réponse du bureau du travail.

Explosion des contentieux

Encore en suspens, le cas de la COFCO Coca-Cola Beverages Co, née d'un partenariat sino-américain entre COFCO et Coca, est révélateur des bouleversements apportés par la fameuse loi sur les contrats.
Selon le China Law blog édité par un cabinet d'avocat américain, les contentieux salariaux ont explosé cette année (+106% au tribunal du district de Chaoyang à Pékin, +231% à Nanjing, +126% à Shenzhen). "Cette augmentation des cas prouve à la fois que les employés chinois sont concients de leurs nouveaux droits et qu'ils se sentent légitimes de les faire respecter", conclut l'auteur.

De l'autre côté, les employeurs ont su composer. Si peu de compagnies étrangères sont allés jusqu'à fermer leurs portes pour déplacer leur production hors de Chine, certaines ont anticipé les désagréments de la nouvelle loi. Exemple avec le géant français Carrefour qui, à la veille de sa mise en place, a poussé ses 40 000 employés à démissionner pour leur faire signer un nouveau contrat de 2 ans. But de la manoeuvre : éviter les CDI, plus difficiles à résilier.
Reste que dans un pays connu pour son manque de respect vis-à-vis du droit des ouvriers, cette loi a permis d'ébranler quelque peu les rapports de force et réveiller la Fédération chinoise des syndicats (ACFTU).

Contrôlé par le Parti et fier de ses 170 millions de membres, ce puissant syndicat semble sortir tout doucement de sa léthargie depuis cette loi. Surtout face aux sociétés étrangères. Et c'est d'ailleurs un autre géant de la distribution implanté en Chine qui a en a fait les frais : au terme de négociations collectives, l'américain Wall-Mart a dû revoir à la hausse les salaires de ses employés dans plusieurs villes.

Un gage d'espoir pour les employés de l'usine Coca-Cola...
avatar
thierry.F

Nombre de messages : 138
Age : 54
Date d'inscription : 10/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum