THE RAVEONETTES - Lust, lust, lust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

THE RAVEONETTES - Lust, lust, lust

Message  jimmyolsen le Lun 14 Juil - 14:12:45



THE RAVEONETTES
Lust, lust, lust
Rock
Nocturne

Les Raveonettes sont un produit des années 90. Autant dire que pour les adolescents d’aujourd’hui, ce sont des dinosaures. Pourtant, les productions de cette formation sont toujours très attendues. Nous avons là un danois qui répond au nom de Sune Rose Wagner –ce qui fleure bon la saucisse et la bière bavaroise- qui a monté un groupe de rock qui a connu une carrière plus que mitigée dans le New York underground de Hell’s Kitchen et finit par jeter l’éponge pour rallier Seattle en espérant s’imposer sur la scène Grunge. De la carrière mitigée, l’aventure se terminera en véritable humiliation. Sérieusement secoué, notre danois version Oktoberfest retourne à Copenhague où il rencontre une blonde supposément torride répondant au nom de Sharin Foo. Cette jeune danoise traine derrière elle une flatteuse réputation de nouvelle Nico et d’ailleurs, elle est une véritable fanatique du Velvet Underground. Au détour d’une Carlsberg, -qui n’est pas une bière allemande- ils décident de fonder The Raveonettes (d’après un titre de Buddy Holly, RaveOn) et laissent derrière eux leurs références underground pour adopter une esthétique soignée très 80’s. Pourtant musicalement, le divorce n’est pas encore prononcé : ils continuent d’adapter des titres du Velvet, Suicide, les girl groups de Phil Spector. Un peu comme si The Cure se prenait pour Joy Division. Pourtant, ce mixte improbable fonctionne. La guitare surf sur des mélodies pop. La voix est juste. Le tout tire très vite sur le concept de Jesus and Mary Chain. Et arrive à présent Lust, lust, lust, enregistré à New York, où ils sont partis s’installer. Le qualificatif le plus approprié pour cet album est Spectrale. L’album est conçu comme une savonnette. Vous croyez la saisir, mais elle vous échappe toujours, glissant entre vos mains mouillées par le jet de la douche. On vogue allégrement entre Suicide et les Ronettes. L’architecture musicale est fine à défaut d’être complexe. Un album à acquérir pour tous les fans des années 80 underground.
avatar
jimmyolsen
Admin

Nombre de messages : 391
Date d'inscription : 23/04/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum