POUCHKINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

POUCHKINE

Message  jimmyolsen le Jeu 7 Aoû - 12:53:11



Alexandre Sergueïevitch Pouchkine (en russe : Александр Сергеевич Пушкин) est un poète, dramaturge et romancier russe né à Moscou le 6 juin 1799 (26 mai 1799 selon le calendrier julien) et mort à Saint-Pétersbourg le 10 février 1837 (29 janvier 1837 calendrier julien)
Lecteur vorace dès son plus jeune âge, Alexandre Pouchkine étonne son entourage par son aisance à improviser comme à répéter par cœur des vers innombrables. Il s'alimente aux classiques français (Molière, Voltaire, Parny) et anglais (Byron, Shakespeare). Sa profonde connaissance de la culture française lui vaut d'ailleurs le surnom de Frantsouz (Француз "Le Français") auprès de ses camarades de lycée.
Dès 1814 son talent poétique lui vaut une première publication dans la revue Le Messager de l'Europe avec son épître « A l'ami poète ».
De 1811 à 1816, il fait ses études au Lycée impérial de Tsarskoie Selo où il se consacre essentiellement à la littérature. En 1816, il intègre le Ministère des Affaires Etrangères. Suivent trois ans de vie dissipée à Saint-Pétersbourg. Durant ces années, il rédige, étant inspiré par les littératures allemande, polonaise et anglaise et par ses prédecesseurs russes tels Joukovski, des poèmes romantiques. Ses poèmes sont parfois gais et enjoués, cf. Rousslan et Lioudmila, parfois plus graves, notamment lorsqu'ils font passer un message de Pouchkine, qui s'oppose fortement à l'autocratie et au servage et qui critique au plan social les hautes sociétés moscovite et pétersbourgeoise, cf. Ode à la Liberté.
En 1820, pour avoir écrit quelques poèmes séditieux, il est condamné à l'exil au Caucase, à Kichinev et à Odessa par le tsar Alexandre Ier ou il renconte Adam Mickiewicz. L’influence de Byron et Mickiewicz se retrouve dans Le Prisonnier du Caucase (1821) qui décrit les coutumes guerrières des Circassiens, La Fontaine de Bakhtchisaraï (1822) qui traduit l’atmosphère du harem et des évocations de la Crimée, et enfin Les Tziganes (1824). Quant à la Gabrieliade (Gavriliada, 1821), poème blasphématoire, il est sous l’influence française. D'Odessa, Pouchkine est ensuite exilé dans la propriété familiale de Mikaïlovskoïe (province de Pskov) où il poursuit la rédaction d'Eugène Onéguine (1823-1830), écrit sa tragédie Boris Goudounov (1824-1825), et compose les « contes en vers » ironiques et réalistes.
À la mort du tsar Alexandre Ier, Nicolas Ier le prend sous sa protection et lui permet de revenir à Moscou. De cette époque date Poltava (1828), poème à la gloire de Pierre le Grand. Il reprend sa vie oisive et épouse Natalia Gontcharova. (18 février 1831). Il entame réellement sa maturité et écrit en prose : Les Récits de feu Ivan Petrovitch Bielkine (1830) qui décrivent la vie russe et son roman historique La Fille du capitaine (1836) où il retrace la révolte de Pougatchev. De cette dernière période datent encore les « petites tragédies » : Le Chevalier avare (1836) d'influence Shakespearienne, Le Convive de pierre (1836) reprend le thème de Don Juan, et enfin le célèbre poème du Cavalier de bronze (1833).
Il mourut à l’âge de trente-sept ans, des suites d'une blessure reçue lors d'un duel avec un officier français, le baron d’Anthès, qui était son beau-frère, et qui aurait courtisé sa femme. Lermontov écrivit alors : "La Mort du poète".
avatar
jimmyolsen
Admin

Nombre de messages : 391
Date d'inscription : 23/04/2008

Feuille de personnage
openplay:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum