La Chine sur orbite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Chine sur orbite

Message  jean françois le Jeu 23 Oct - 21:01:22



Personne ne doute du fait que les Jeux olympiques de Pékin sont un succès en matière d'organisation. De par l'envergure du travail accompli, ils éclipsent probablement tout ce qu'on a vu jusque-là. La persévérance, la logique et une capacité de travail enviable sont à la base de tous les projets chinois auxquels Pékin accorde une importance particulière.
A ce titre, l'Espace, ainsi que les programmes militaires, sont la priorité numéro un pour les dirigeants chinois. C'est pourquoi il ne fait aucun doute que la prochaine décennie sera marquée par des changements substantiels dans le groupe des Etats exerçant une activité spatiale. Si Pékin parvient à atteindre ses objectifs dans un futur proche, la Chine s'installera pour longtemps parmi les leaders de l'astronautique mondiale.
D'où vient une telle certitude? Il suffit simplement d'observer le développement de l'activité spatiale de la Chine.
Le programme spatial chinois, qui a débuté en 1970 avec le lancement d'un premier satellite national, peut se diviser en trois périodes. Lors de la première étape, qui correspondait à une tentative de surmonter les conséquences militaires et techniques du schisme sino-soviétique de 1960, la Chine s'est concentrée sur la fabrication de missiles et, pour l'essentiel, de satellites militaires. A propos, entre 1970 et 2000, la Chine a effectué 50 lancements réussis d'appareils spatiaux de fabrication nationale. Durant cette période, Pékin est parvenu à créer, sur la base des missiles balistiques intercontinentaux, un important parc de fusées porteuses de la série Longue marche.
Cependant, posséder des vecteurs, et même une série de satellites nationaux, ne signifie pas à notre époque appartenir au club des puissances capables d'assurer tous les aspects de l'activité spatiale: exploiter des systèmes polyvalents de satellites en orbite circumterrestre, effectuer des missions habitées, élaborer des programmes prometteurs d'étude de l'espace lointain. En outre, de nos jours, les succès de l'astronautique d'un Etat, ou d'un groupe de pays sous l'égide d'une agence spatiale commune, ne se font pas sans une large coopération internationale et une participation active à des programmes commerciaux de prestation de services spatiaux.
Avant l'entrée dans le nouveau millénaire, la Chine ne pouvait se vanter de rien de tel. De toute évidence, ces circonstances ont contraint Pékin, au début des années 2000, à chercher à se rapprocher des Etats-Unis et de la Russie en vue de participer, par exemple, au programme ISS (Station spatiale internationale). Cependant, un tel élargissement des partenaires de la station internationale était loin d'enthousiasmer les Américains, qui donnent le la dans ce programme. Par conséquent, la Chine a cessé toute tentative en ce sens pour concentrer entièrement ses efforts sur la réalisation de son propre programme spatial.
Le succès du premier vol habité chinois le 15 octobre 2003 a été une sorte d'indicateur appelé à confirmer les capacités de Pékin dans le domaine spatial.
La deuxième étape de l'activité spatiale chinoise devait démontrer la capacité de la Chine à agir seule dans tous les aspects de ce domaine. Il était prévu de le prouver en quelques années, là où d'autres pays avaient eu besoin de plusieurs décennies pour y parvenir.
Le 12 octobre 2005, la Chine lançait avec succès son deuxième vol habité: Shenzhou VI. En outre, depuis 2003, elle a effectué en cinq ans 24 lancements de fusées porteuses de la série Longue Marche (en chinois, Chang Zheng) et mis sur orbite 22 satellites de différents types et modèles. Il est à noter que les Chinois ont à présent six séries d'appareils spatiaux: des satellites récupérables de télédétection, des satellites de télécommunications DFH-4 (DongFangHong), des satellites météorologiques FY de nouvelle série (FengYun: initiales des mots "vent" et "nuage"), de recherche scientifique, des satellites expérimentaux et des appareils de navigation. Une nouvelle série de satellites de surveillance maritime est en cours de conception, et le projet de mise en place d'une constellation de petits satellites sera accéléré.
La Chine exploite activement son propre système spatial de navigation et de positionnement sur la base de 4 satellites Beidou (astérisme du "chariot" de la Grande ourse) en orbite géostationnaire (36.000 km). Pékin a déjà annoncé son intention d'arriver à un système global de navigation, au même titre que le GPS américain.
Lancé le 24 octobre 2007, Chang'e 1, le premier satellite chinois d'observation lunaire, a déjà recueilli les informations nécessaires pour dresser une carte et modéliser le satellite naturel de la Terre. La Chine prévoit courant 2008 un nouveau vol habité de deux taïkonautes, qui doivent effectuer une sortie dans l'espace.
Ces succès sont vraiment impressionnants. "D'ici 2015, CASC (China Aerospace Science and Technology Corporation) a l'intention de détenir 10% du marché mondial des satellites commerciaux et 15% des lancements spatiaux commerciaux", lit-on dans une déclaration de l'agence spatiale chinoise publiée fin juillet.
Autrement dit, Pékin a confirmé sa capacité à travailler seul dans l'espace, sans l'aide de ses illustres voisins. La Chine agit ainsi dans tous les domaines de l'astronautique. D'autre part, elle a abordé la troisième étape de son exploration spatiale.
En plus de l'offensive lancée sur le front commercial, CASC a l'intention d'envoyer en 2017 sur la surface de la Lune son propre appareil automatique et d'installer en orbite circumterrestre un laboratoire auquel pourront s'arrimer des vaisseaux habités d'un type nouveau.
Mais ce n'est pas tout. Travailler dans l'espace est inconcevable sans une infrastructure terrestre appropriée, c'est pourquoi la Chine a annoncé le déploiement de quatre nouveaux centres d'industrie spatiale, en plus de ceux qui existent déjà à Pékin et à Shanghai, ainsi que dans les provinces de Shanxi et de Sichuan.
D'ailleurs, les Américains, notamment l'administrateur de la NASA Michael Griffin, ne sont pas du tout certains que la bannière étoilée sera à nouveau la première sur la Lune. Prenant la parole à la fin de l'année dernière à Washington à l'occasion du futur 50e anniversaire de la NASA, M. Griffin a affirmé que, si Pékin souhaitait débarquer sur la Lune avant les Américains, il serait parfaitement capable de le faire.
avatar
jean françois

Nombre de messages : 89
Age : 29
Date d'inscription : 09/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum