CHAMPIONNAT DE SUISSE DE HOCKEY 2008-2009 PRESENTATION 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHAMPIONNAT DE SUISSE DE HOCKEY 2008-2009 PRESENTATION 1

Message  thierry.F le Lun 6 Oct - 16:32:03



Les ZSC Lions, champions sortants, s'inscrivent logiquement parmi les favoris. Et même si l'effet de surprise ne jouera plus, les hommes providentiels d'hier seront toujours là, à l'exception d'Harold Kreis, à qui Sean Simpson (Zoug) succédera sur le banc. Décisif en finale, Domenico Pittis remettra le couvert aux-côtés du redoutable Jean-Guy Trudel (Peoria, AHL), un gros bras qui fit notamment les beaux jours d'Ambrì-Piotta. Le vétéran Jan Alston connaît lui aussi la chanson et devrait encore tirer son épingle du jeu malgré ses tempes grisonnantes.
Sont-ils pour autant vieillissants, ces Zurichois ? Eh bien non puisqu'ils couplent l'expérience des "grognards" à la fougue de jeunes loups issus de leur pépinière des GCK Lions. Une structure réputée pour former les talents et les rôder en LNB, à l'image du défenseur Claudio Cadonau ou de l'attaquant Aurelio Lemm.
Comme abondance de biens ne nuit pas, Sean Simpson aura l'embarras du choix pour tisser son offensive, la complétant du "banlieusard" Cyrill Bühler (Kloten) et du centre Oliver Kamber (Rapperswil). L'essentiel des responsabilités reposant évidemment sur les étrangers, Jean-Guy Trudel donc, mais aussi le Slovaque Peter Sejna et, donc, le porte-bonheur canadien Domenico Pittis. Sans oublier les internationaux confirmés, un Adrian Wichser revenu d'une blessure l'ayant écarté de la course au titre ou même Thibaut Monnet. Le Valaisan, revendiquant une place de choix au pointage après une saison pleine dans la capitale économique. Le coup d'œil du centre au double passeport Ryan Gardner vaudra donc le détour.
Voilà autant de cordes à l'arc d'un champion stabilisé par sa continuité défensive, où les internationaux Severin Blindenbacher, Beat Forster, Mattias Seger (qui a conclu un pacte jusqu'en 2012 pour mieux encadrer les lionceaux présents et futurs) et même le Slovaque Radoslav Suchy se déploient encore et toujours devant l'éternel Ari Sulander. Si le chasseur d'hier est aujourd'hui devenu une proie, il ne faudra pas sous-estimer le cœur du champion.
Humilié par l'historique rival fribourgeois l'an passé, Berne est las de n'être qu'un champion potentiel. Toujours dominateurs en saison régulière, les Ours ne savent en effet plus tirer profit d'une force intrinsèque et d'une densité collective peu commune. Mais cette fois-ci John Van Boxmeer, remis d'un arrêt cardiaque subi dans l'été, espère avoir trouvé la recette gagnante...
Prévu de longue date, le retour du vétéran Martin Steinegger à Bienne n'altèrera guère un système défensif performant devant Marco Bührer, le gardien de référence en LNA. À cette pléiade d'internationaux (les Beat Gerber, David Jobin, Reto Kobach ou encore "l'autogoaler" le plus célèbre de l'année, Philippe Furrer) se greffera Travis Roche (San Antonio, AHL). Ce spécialiste des contrats bi-directionnels devra s'imposer, ce que n'avait pas fait son devancier Nathan Dempsey, pourtant nanti d'un cursus plus étoffé. Graine de Mark Streit, le prometteur Roman Josi tâchera de confirmer les attentes de Nashville, qui le drafta en juin dernier (le premier choix helvète du repêchage étant un autre blueliner, le Zougois de l'Ouest canadien Luca Sbisa).
En fait, ce qui va surtout changer à Berne, c'est l'arrivée d'une énième pointure offensive au sein d'une garnison déjà impressionnante, tenant déjà sous contrat un trio étranger de renom avec le Franco-Canadien Sébastien Bordeleau, toujours efficient dans le gain des mises au jeu, le créatif Simon Gamache et son parfait contraire, le dur à cuire Ramzi Abid. Sans oublier un Christian Dubé aux mains aussi précieuses que son passeport helvète. Avec ce quatuor, le SCB a rapatrié Martin Plüss (Västrä Frölunda, Elitserien) d'un exil suédois durant depuis près de quatre ans. Un retour au pays peut-être pas si étranger que cela à son éviction surprise des derniers Mondiaux...
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il apportera un "Plüss" indéniable aux côtés du petit mais costaud Ivo Rüthemann, des Patrik Bärtschi, Marc Reichert et autres Thomas Ziegler, tous piliers de la sélection nationale. De quoi relativiser la perte du Suédois Christian Berglund, rappelé par Rapperswil, et renforcer la cote d'un champion potentiel. Sans oublier les hommes de l'ombre, toujours essentiels. Du buteur naturalisé Trevor Meier, déniché de Zoug, à l'aboyeur Alex Chatelain en passant par le prometteur Étienne Froidevaux, les "seconds couteaux" se joindront aux vedettes pour que le plan se déroule - enfin - sans accrocs !
Pour les besoins de la Champions Hockey League, Berne aura même dépêché deux mercenaires supplémentaires en plus du gardien suisse Simon Züger (ex-Bâle). L'attaquant Lee Goren (Skellefteå) et le défenseur offensif Ric Jackman (Leksand), qui s'était révélé en Floride, furent de l'élimination conjointe de Nuremberg et Kosice pour la qualification bernoise à la CHL. Après cette échéance, Goren s'est toutefois vu cédé à Zoug, le temps que Dale McTavish se rétablisse d'une blessure acquise début septembre.
Lugano a un orgueil. Et de sacrés moyens financiers, c'est bien connu. Après une saison ratée, où l'horlogerie fut déréglée par la perte jamais compensée du précieux Jukka Hentunen, parti avec pertes et fracas à Kazan, les tifosi se remettent à rêver.
Il leur faudra toutefois digérer la perte du capitaine emblématique Sandy Jeannin, de retour vers sa Romandie natale après avoir connu tous les honneurs en LNA. En perdant l'une de ses dernières figures romandes, Lugano perd une partie de son âme, surtout que Flavien Conne, diminué par les blessures à répétition, n'a plus son calibre d'antan. Le jeune capitaine de Kloten Romano Lemm, un incontournable de la sélection nationale, aura donc la lourde tâche de succéder à Jeannin mais devra toutefois guérir une blessure à l'épaule avant d'endosser le chandail "bianconero".
Les grandes manœuvres estivales du Lugano de John Sletvoll ne faisaient que commencer. En guise de hors d'œuvre, le transfert retentissant d'un des meilleurs compteurs de la ligue, Hnat Domenichelli (arraché au rival ancestral d'Ambrì), ouvrait les appétits. Suivront ensuite l'Américain John Pohl, un buteur qui s'ignore, le Norvégien Patrick Thoresen, en rupture de NHL depuis son transfert à Philadelphie. Et surtout un certain Petteri Nummelin, dont le retour, après deux saisons au Minnesota, fait renaître les espoirs d'une saison sans fausses notes. La dernière remontant au sacre de 2006, pour ce qui était la dernière conquête du génial défenseur offensif finlandais !
Au contraire d'Anson Carter, qui ne rentabilisa pas grand-chose l'hiver dernier, Nummelin est une valeur sûre qui dopera à coup sûr le jeu de puissance et renforcera aussi le moral d'Aebischer et d'une défensive toujours patronnée par Julien Vauclair. Il faudra pour cela qu'Aebischer se refasse la cerise après une saison délicate et que les blessures épargnent les Steve Hirschi et autres Kevin Romy. La dimension physique, elle, sera bien présente avec le rugueux Timo Helbling, le vétéran Thierry Paterlini et le col-bleu maison, Andy Näser.
Aucun étranger n'aura donc survécu au fiasco qui éloigna Lugano des play-offs pour mieux l'enfoncer en play-out. Et vu le recrutement princier des bianconeri, qui ajoutèrent aussi un certain Randy Robitaille (Ottawa, NHL) à leur arsenal offensif cinq étoiles, Lugano a tout pour redevenir "Il grande"...
Que les cadors se renforcent ou non, Davos aura toujours son mot à dire. Il faut dire que l'expérience collective des Grisons, sans égal en LNA, leur confère un avantage notable sur certains concurrents puisque les automatismes tournent ici à plein régime. Le trio Alexandre Daigle - Reto von Arx - Michel Riesen, une combinaison gagnante depuis maintenant deux ans, a les épaules suffisamment solides pour concurrencer n'importe quelle ligne de parade. Une "Czech connection" semble en revanche se dessiner sur le deuxième trio avec Petr Sykora, le parfait homonyme de l'attaquant de Pittsburgh. Cette gâchette d'Extraliga tchèque devra toutefois récupérer de son opération estivale et pourrait s'associer aux camarades Josef Marha et Petr Taticek, deux polyvalents patentés.
Cette rigueur est une condition sine qua non pour faire son trou dans l'organisation du passionné et fidèle Arno Del Curto (12 ans au club), où les intenables Andres Ambühl et Peter Guggisberg performent comme en équipe nationale. D'autres bons calibres nationaux complèteront les rotations du HCD, du précieux Sandro Rizzi au jeune Dino Wieser en passant par un Dario Bürgler en pleine progression. Sven Helfenstein, acquis l'an passé de Rapperswil en retour de Loïc Burkhalter, et le Canado-Suisse Robin Leblanc, célèbre pour avoir scoré l'ultime but de la finale de 2007, sont d'autres alternatives. L'essai concluant du vétéran Patric Della Rossa (ex-Bâle) rajoutera quant à lui une densité bienvenue en vue des futures joutes printanières.
Si abondance de bien ne nuit pas aux avant-postes, la sûreté est aussi de mise pour couvrir les arrières d'un Leonardo Genoni ayant fait ses preuves l'an passé. Sa doublure, l'immense Reto Berra, restant une solution intéressante en cas de coup dur. La perte du Finlandais Janne Niinimaa est relativisée par la complémentarité des troupes, où le métier du capitaine Marc Gianola et du défensif Jan von Arx s'ajoute à l'application des Florian Blatter, Pascal Müller, Andreas Furrer et du physique Lukas Gerber (ex-Bâle). L'émergence attendue du jeune Lukas Stoop se greffe à noyau dur qui saurait à lui seul écarter tout pessimisme.
Finaliste malheureux l'an passé face à Zurich, Genève-Servette a peut-être laissé sa chance. Car entre-temps, on l'a vu, les poids lourds jadis déchus n'auront pas manqué de réarmer...
Toutefois Chris McSorley aura observé des pertes minimales à l'intersaison, préservant l'essentiel de son ossature et tous ses leaders. Du gardien Gianluca Mona au blueliner Goran Bezina. En passant par Serge Aubin et Juraj Kolnik, les deux pointures d'une attaque diversifiée autour du vétéran Igor Fedulov, du robuste international Thomas Déruns et du polyvalent Jean-Pierre Vigier. L'éclosion prochaine du jeune Jérémy Gailland donne encore davantage de relief à cette profondeur de banc, d'où émerge également les Paul Savary, Florian Conz et autres Daniel Rubin (ex-Bâle).
Aussi l'arrivée du rapide ailier finlandais Tony Salmelainen (Lokomotiv Yaroslavl, RUS) compense-t-elle la perte de Kirby Law, attiré par les roubles de la nouvelle ligue continentale russe (KHL). Pour ce dernier, tout comme pour Laurent Meunier d'ailleurs, la KHL était un nouveau défi à relever. Née en grande pompes sur les cendres de la Superliga russe, la nouvelle ligue majeure du hockey européen est richement dotée et aspire à faire de l'ombre à la NHL. Law parti à Nijnekamsk (Russie), Meunier à quant à lui choisi le challenge offert par le Dynamo de Minsk, seul représentant biélorusse de la puissante ligue eurasienne.
Le Français, qui doit pour l'instant ronger son frein en revenant d'une blessure au genou, n'y sera pas dépaysé par la perspective d'une concurrence acharnée, qu'il connut durant ses deux années au bord du Léman. Une situation qui forgea son caractère et lui donna une toute autre dimension, décisive sur la scène internationale. Cet esprit de compétiteur, ses "trois poumons" et sa détermination manqueront à coup sûr aux fidèles des Vernets. Privant également Chris McSorley (qui souhaitait évidemment le conserver) de son joker préféré ! Le système-maison, alliant homogénéité, dynamisme et responsabilisation, ne s'en trouvera toutefois pas affecté puisque ce diable de McSorley possèdera un nouvel atout dans ses manches avec le centre canadien Byron Ritchie (Vancouver, NHL) !
Et le moins qu'on puisse dire, c'est que la belle mécanique de l'an passé n'a pas été altérée, en témoignent le gain des Hockeyades et les succès de prestige sur trois clubs russes, dont le CSKA Moscou de Slava Bykov. En fait, seul le nouveau chandail, d'un design pour le moins épuré (novateur diront ses concepteurs, qui y ont de surcroît effacé l'aigle emblématique), avait de quoi tracasser les partisans !
avatar
thierry.F

Nombre de messages : 138
Age : 54
Date d'inscription : 10/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum