CHAMPIONNAT DE SUISSE DE HOCKEY 2008-2009 PRESENTATION 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHAMPIONNAT DE SUISSE DE HOCKEY 2008-2009 PRESENTATION 2

Message  thierry.F le Lun 6 Oct - 16:34:30



Club formateur devant l'éternel, Kloten mise traditionnellement sur la jeunesse. Cette nouvelle saison ne dérogera pas à la règle puisque les jeunes loups auront encore les dents longues. En s'appuyant sur le nouvel international Roman Wick, en passe de devenir un cadre en sélection nationale, les Aviateurs pourront miser sur le savoir-faire des Marcel Jenni, Michael Liniger, Sven Lindemann et autres Frédéric Rothen pour encadrer la relève. On pense notamment à Arnaud Jacquemet, grand espoir romand rentré au pays après deux ans passés dans l'ouest canadien. Le patineur Damien Brunner et le robuste Viktor Stancescu ayant déjà fait leurs preuves dans le circuit offensif.
Si l'on peut craindre que la perte de l'ancien capitaine Romano Lemm ne dérègle le collectif bien huilé d'Anders Eldebrink, la perspective d'un duo finlandais aux avant-postes peut soulager le technicien suédois. On le serait à moins vu le rendement métronomique du redoutable Kimmo Rintanen, à qui se greffera un Tommi Santala qu'il croisa au tout début de sa carrière au Jokerit Helsinki. Avant que Santala ne fasse son trou, notamment en SM-liiga !
Le métier du NHLer Curtis Brown, un spécialiste des missions défensives du côté de San José, sera requis dans les deux sens et complétera l'expérience du gardien-vétéran Ronnie Rüeger. Lequel composera avec une arrière-garde couverte par le défensif Benjamin Winkler (Davos) et le dominant Radek Hamr. Plus qu'un compagnon de glaçon, le Tchèque reste une remarquable référence pour Patrik von Gunten, qui pourrait cette année franchir un palier le menant à des championnats du monde à domicile au printemps 2009. Une perspective pas encore d'actualité pour les jeunes Marc Welti et Marc Schulthess alors que Julien Bonnet (Genève-Servette) quittera pour la première fois de sa carrière le contexte romand.

Une page se tourne à Zoug avec le départ de Sean Simpson, en même temps que s'ouvre l'ère Doug Shedden. Venu de l'équipe nationale finlandaise, le Canadien ne craint rien et surtout pas les attentes générées par la succession du coach champion de Suisse en 1998. La nouvelle mouture de l'EVZ joindra encore expérience et jeunesse à des postes stratégiques. Les clés de l'attaque restent ainsi propriétés du centre canadien Dale McTavish, un routier de référence en LNA, et du légendaire Paul Di Pietro, auxquels s'ajoute un Josh Holden (Langnau) étincelant l'an passé. De quoi voir venir si l'on rajoute l'international Patrick Fischer, un Duri Camichel remis d'une blessure l'ayant écarté des derniers playoffs, le toujours efficace Björn Christen et l'émergent Jannick Steinmann, appelé à développer son potentiel.
Pareilles attentes furent surmontées l'an passé par le jeune international Rafael Diaz, qui côtoiera à l'arrière les Canadiens Jay Harrison (Toronto Marlies, AHL) et Micki DuPont (Peoria, AHL). Ce dernier connaît bien l'Europe pour avoir déjà patiné en Allemagne et son instinct offensif sera plus qu'utile pour supplanter le jeune retraité américain Barry Richter, un spécialiste du jeu de puissance. Pour le reste, l'expérience conjointe du vieux briscard Patrick Sutter, du défensif Michael Kress et du sniper Dominic Meier aidera Lars Weibel a rester une assurance tous risques devant le filet et l'homogénéité des troupes leur confère un légitime statut d'outsider.
Pour la petite histoire, Zoug participa, avec Viège, au match en altitude (3 883 m) le plus haut de l'histoire. Les environs proches du Cervin furent donc le théâtre d'une improbable rencontre, qui se solda par un gain zougois dans une surface de jeu trop étroite, et inédite de surcroît, pour dépasser la sympathique anecdote.
Les Dragons de Fribourg-Gottéron en ont fini avec les années de vaches maigres. Du moins, ils l'espèrent en fructifiant leur étonnante transformation observée au printemps passé, où leur antre Saint-Léonard retrouva une ivresse qu'elle croyait à jamais oubliée. Les conséquences sont nombreuses puisque leurs liquidités (et donc leur cote, toutes deux désuètes sur le marché helvète) ont repris des couleurs et leur permet désormais de retrouver une attractivité oubliée. Ainsi Serge Pelletier peut se satisfaire d'avoir pu conserver son joyau Julien Sprunger.
Le jeune ailier international a tapé dans l'œil des recruteurs lors d'un printemps suscitant des envies d'Amérique. Néanmoins Sprunger, conscient de ses capacités actuelles, a sagement ajourné son transfert outre-Atlantique, bien décidé à emmagasiner un maximum d'expérience au sein d'un contingent emprunt d'une nouvelle notoriété. Valentin Wirz, autre international confirmé, est ainsi revenu de Lugano en compagnie d'un certain Sandy Jeannin.
L'attaque, déjà bien fournie, pourra en outre compter sur ses tauliers habituels (Caryl Neuenschwander et Benny Plüss, sans oublier le légendaire Gil Montandon) et son petit prince, le centre Andrej Bykov. Ce dernier, fils de qui vous savez, monte en puissance au fil des ans et pourrait troubler la hiérarchie. On demandera toutefois à Marc Chouinard davantage de régularité offensive, chose fatale au Finlandais Antti Laaksonen, non conservé. Faute d'avoir pu s'imposer comme joker à Berne, Mark Mowers s'en revient dans un club qu'il fréquenta lors du lock-out de 2004/05.
Les perspectives fribourgeoises dépendront également des productions de Sébastien Caron devant le filet. Souvent brillant et fréquemment décisif, le Canadien sera encore un atout-maître du jeu romand, au même titre que l'international Michael Ngoy, le jeune (mais expérimenté) Philippe Seydoux ou le robuste défenseur canadien Shawn Heins, qui a lui aussi fait ses preuves depuis maintenant deux saisons et demies. Le polyvalent Franco Collenberg (ex-Bâle), assisté des Alain Reist, Alain Birbaum et autres Marc Abplanalp travaillera dans l'ombre. Un rôle qui convient parfaitement au double-passeport Mike Knoepfli, venu de Lugano bonifier le repli.
C'est sur une ultime saison à Rapperswil-Jona que Mariusz Czerkawski, monument du hockey polonais, a pris sa retraite. De quoi libérer l'enveloppe budgétaire suffisante pour que Christian Berglund, le solide ailier suédois de Berne, consente à un retour chez les Lakers. Avec la vista du centre canadien Stacy Roest, le leadership offensif se voit déjà assuré dans un contexte plus scandinave que jamais.
Les Saint-Gallois seront donc empreints d'un Morgan Samuelsson confirmé à la barre. Le Suédois a donc prolongé l'ailier Niklas Nordgren et remplacé le défenseur finlandais Tom Koivisto par le rugueux Sanny Lindström (Timrå). Un solide argument pour diriger une défense articulée autour des Noël Guyaz, Gaétan Voisard, Marc Schefer et des internationaux occasionnels Patrick Fischer et Cyrill Geyer. L'ex-Chamoniard Marco Streit, s'il voit pointer la concurrence de Marc Klingler, débutera comme titulaire.
Samuelsson sait bien qu'il faudra une rigueur toute nordique pour troubler les cartes. Si le Finlandais Niki Sirén, l'ex-Bernois Raeto Raffainer et Sébastien Reuille sont de précieux joueurs d'équipes, le puissant Loïc Burkhalter risque de s'affirmer comme une autre option offensive de poids. Le retour d'Antonio Rizzello (Fribourg-Gottéron) se veut symbolique alors que les venues des Bâlois Sandro Tschuor et Stefan Voegele, qui ont eux fait leur trou dans un registre défensif, s'inscrivent dans la veine de l'emblématique Markus Bütler ou du tonique Stefan Hürlimann.
C'est la fin d'un beau chapitre en Léventine avec le départ de l'emblématique Hnat Domenichelli vers Lugano. Une migration dictée par la reconstruction du grand rival cantonal, qui ne facilite pas celle d'un Ambrì-Piotta en perpétuelle transition. Dans ce contexte, la re-signature du top-scoreur Erik Westrum est déjà une victoire vu les incessantes convoitises venues de l'étranger. Conquis par la ferveur de la Valascia, l'Américain, devenu une valeur sûre de la ligue, pourra montrer la voie à son compatriote Noah Clarke (Lowell, AHL) et compter sur l'appui du Canadien Martin Sonnenberg, précieux l'an passé lorsque Domenichelli se blessa.
Pour le reste, les "biancoblù" surveilleront les progressions conjointes des internationaux juniors Daniele Marghitola et Grégory Sciaroni, clairement surveillés. L'Américain John Harrington, qui participa au "Miracle sur glace" de 1980, est fraîchement nommé à la tête de ce club villageois très atypique. Sans espérer un autre miracle, il aura pourtant une marge de manœuvre restreinte mais misera toujours sur l'émergent Thomas Bäumle, qui s'affirme comme un sérieux candidat au filet de la Nati. Avec les Bâlois Ralf Bundi et Jakub Horak, la défense, pilotée par l'Américain Nick Naumenko et le solide Zdenek Kutlak, sera solidifiée. L'attaque, elle sera renforcée physiquement par le grand gabarit d'un autre Bâlois en vadrouille, Julian Walker, et par la polyvalence du Canado-Suisse Mirko Murovic (ex-ZSC Lions). Quant à Paolo Duca, l'un des cols-bleus les plus efficaces de LNA, il sera encore le poumon d'une Valascia en quête d'effervescence.
Passé tout près des premiers playoffs de son histoire, Langnau mise sur la stabilité dans l'espoir d'à nouveau troubler les cartes. Il faudra certes se passer du buteur canadien Josh Holden, parti à Zoug, mais restent les passes du centre Jeff Toms. Du moins, lorsque le Canadien, présentement blessé aux adducteurs, fera son retour au jeu.
D'ici là, les Tigres ont manqué de faire appel à un vieux lion, Patrick Lebeau, pour assurer l'intérim. L'ex-vedette offensive de Francfort, qui avait tourné le dos à la DEL pour tenter l'impossible (à savoir trouver un dernier contrat en NHL à près de 38 ans), n'a toutefois pas réussi à convaincre une formation du circuit helvète. Langnau se rabattant sur le Suédois Håkan Bogg (Mora, Elitserien)...
Mais la force des SCL Tigers, c'est surtout la complémentarité de ses cadres nationaux. Le puissant attaquant Matthias Joggi frappe à la porte de la Nati alors que Fabian Sutter reste une solide option offensive des blocs subalternes. Daniel Steiner, lui, s'en revient avec son instinct de buteur dans son club formateur en compagnie d'un besogneux, le centre bâlois Andreas Camenzind. Les frères Moggi et le vétéran zurichois Michel Zeiter complétant l'essentiel des rotations. De quoi soulager les nouveaux mercenaires, un Martin Kariya enfin décidé à signer en Suisse après ses atermoiements de NHL et l'Autrichien Oliver Setzinger, dont la vitesse pourrait faire merveille.
L'autre gage de sûreté des Bernois, c'est également leur jeu défensif malgré l'année sabbatique prise par Simon Lüthi. Le néo-international, à la santé fragile, a donc fait l'impasse sur cette saison. Tout le contraire d'un Martin Stettler en prise de responsabilités croissantes aux-côtés du Canadien Curtis Murphy. Eric Blum côtoyant le vétéran Marco Bayer et les nouveaux arrivants Allan Tallarini (Ambrì), Joël Fröhlicher (Bienne) et Sandro Gmür (Rapperswil) complétant la garde rapprochée du cerbère Matthias Schoder. Et s'ils abandonnèrent leur clinquante tenue tigrée (!) en préparation, les Emmentalois risquent de faire grincer quelques dents aux abords de leur antique Ilfis-Halle
Bienne, dominant à l'étage inférieur, doit se réadapter à une LNA qu'il n'a plus côtoyée depuis treize ans. Au vu du début de saison, cela semble bien parti pour que les hommes d'Heinz Ehlers fassent mieux que Bâle. Le visage du néo-promu n'a guère changé avec une ossature globalement préservée. Hormis le départ du pointeur canadien Alexandre Tremblay et d'Alain Miéville vers Lausanne, les fidèles de la première heure seront de la partie, de Mathieu Tschantré à Mauro Beccarelli en passant par Emanuel Peter. L'ex-Bâlois Stefan Tschannen tentera pour sa part de relancer une carrière en LNA compromise par deux saisons sans relief à l'instar d'un Gianni Ehrensperger barré à Kloten et cédé l'an passé dans le Seeland. Un autre artisan de la promotion, le sulfureux (mais talentueux) Marco Truttmann, fera pour sa part ses grands débuts en LNA.
Mais pour tenir son rang, Bienne dût agrémenter cette solide ossature offensive de quelques spécialistes du circuit. Comme le robuste Thomas Nüssli (Bâle), au potentiel certain mais dont la carrière a été freinée par des blessures récurrentes. Sans oublier le défenseur-vétéran Martin Steinegger (Berne), finalement bienheureux de ne pas terminer sa glorieuse carrière en LNB, dans son club formateur ! La blessure d'un autre nouvel arrivant, l'instable Claudio Neff, subitement devenu indésirable à Langnau (où il s'était pourtant enfin fixé, loin de son bercail davosien), sur la touche pour trois mois. Un coup dur nécessitant l'embauche d'un cinquième étranger, l'Italo-Canadien Rico Fata, bien connu du côté de Mannheim.
Si Marko Tuomainen, le mercenaire le plus complet du circuit en LNB, a déjà fréquenté ces eaux-là avec Lausanne et Langnau, Eric Himelfarb, lui, n'a connu que le LHC l'an passé. Il n'en va pas de même pour l'ailier canadien David Ling, un goon repenti devenu fatigué des ligues mineures et déjà vu dans deux clubs d'élite moscovites. Mais surtout Sean Hill. Le vétéran aux dix-huit saisons de NHL, dernièrement au Minnesota, s'ajoutera aux grognards Jörg Reber et Serge Meyer pour tenir dans sa canne une petite partie des destinées biennoises.
Cette expérience fera toutefois défaut à une autre pièce-maîtresse, le gardien Marco Wegmüller. L'ex-Bernois, inexpérimenté à ce niveau, sera adjoint d'un autre "bleu", Pascal Caminada, et devra être à la hauteur pour que le collectif solidaire des Bernois, qui fit leur force, puisse se transposer en LNA.
avatar
thierry.F

Nombre de messages : 138
Age : 53
Date d'inscription : 10/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum